Blog - A la une

« Entretenir » nos muscles signifie que nous devons les stimuler par diverses « activités physiques ».

J’aimerais tout de suite mettre l’accent sur le fait que c’est le corps lui-même qui remplit ce rôle d’entretien et de maintien des muscles dans tout notre organisme, à condition qu’on lui apporte ce dont il a besoin (nutrition équilibrée et adaptée, et mouvements divers ou sollicitations).

C’est pour cela que, dans un premier temps, je souhaiterais que l’on essaie de faire une différence entre sport et activité physique.

 

Sport et activité physique

L’activité physique implique tout mouvement qui peut être effectué au cours d’une journée et qui engendre une dépense d’énergie plus élevée que celle au repos. Plus précisément, une activité physique correspond à « tout mouvement produit par les muscles squelettiques, responsable d’une augmentation de la dépense énergétique ».

Le sport, quant à lui, est une activité qui se réalise de façon organisée avec un cadre, des règles et un système souvent lié à la compétition. Dans le sport, on a des objectifs à atteindre, on s’en tient à un programme, par exemple : je vais à la musculation trois fois par semaine pendant deux heures. Quand on pratique le sport, nous ne sommes pas vraiment à l’écoute de notre corps physique, mais plutôt à l’écoute du mental et d’un objectif à atteindre.

Par exemple, on se fixe un travail de 50 pompes, mais au bout de 10, on sent nos muscles et une chaleur importante nous envahir, mais nous continuons car nous souhaitons respecter notre objectif. Dans certains cas, le corps physique nous envoie des signaux comme quoi il est souhaitable de cesser l’activité en raison de microlésions musculaires, mais nous continuons pour atteindre ce que l’on a décidé.

Le sport peut, dans certains cas, avoir un impact négatif quand il est mal pratiqué, dans de mauvaises conditions, ou associé à une alimentation trop acide. D’un point de vue de la santé, il est important de faire une activité physique, mais pas nécessairement une activité sportive avec les contraintes et les règlements que cela implique.

Le sport est sous l’influence de notre mental et l’activité physique est en relation avec une écoute plus attentive de nos besoins réels. Pour autant, il n’est pas question ici de dénigrer toute activité sportive.

Il serait souhaitable de profiter de chaque occasion de la vie pour s’activer physiquement. Par exemple, les tâches ménagères, comme le jardinage ou le bricolage, sont des activités physiques.

Le corps a besoin d’une activité physique simple, faible et modérée, et de temps en temps pour se renforcer d’une activité physique à intensité élevée.

Une activité trop élevée et pratiquée dans de mauvaises conditions peut avoir de lourdes conséquences sur la santé.

 

Les bienfaits sur l’organisme

La pratique d’une activité physique sollicite le système cardiovasculaire et respiratoire, permet d’entretenir les muscles et de les fortifier, et entretient les articulations tout en développant les capacités physiques (coordination, souplesse, endurance, etc.).

Elle aura tendance à contribuer à réguler la glycémie et à freiner l’insulinorésistance auprès des personnes diabétiques.

Elle apporte aux pratiquants un mieux-être au niveau physique, psychologique et social. Cela peut très rapidement devenir un vrai plaisir et permettre de diminuer le stress en se « vidant la tête ».

Les personnes actives sont plus conscientes de leurs capacités et ont tendance à avoir davantage confiance en elles. Dans la société, l’activité physique permet de briser l’isolement, de faire des rencontres, de renforcer la motivation et de s’apporter du soin à tous les niveaux (alimentation, repos, détente, etc.).

 

Nous comprenons maintenant que notre corps et donc nos muscles ont effectivement besoin d’exercice physique, notamment pour se renforcer et se raffermir.

De plus, les muscles ont besoin, tout comme le corps, de bien d’autres éléments vitaux, comme un air pur et une bonne respiration, d’une bonne alimentation adjointe à une physiologie digestive respectée, d’un repos suffisant et conforme, d’un bon environnement, de soleil, d’eau pure, de détente, de relaxation et de massages, etc.

C’est vraiment en respectant tous ces facteurs de santé que l’on va réellement permettre au corps d’entretenir et de raffermir nos muscles.

Dans le cas contraire, on sera largement susceptibles de voir nos muscles s’atrophier, d’avoir des microlésions, d’être rachitiques, etc., mais surtout de n’avoir aucune force énergétique pour contracter le muscle, ce qui fait notre force. N’oublions pas qu’être forts n’a rien à voir avec le fait d’avoir des gros muscles, mais que cela est en lien avec l’aspect et la capacité énergétique et nerveuse d’une personne en particulier.

Si les muscles sont détériorés par nos activités et notre mode de vie, il va sans dire qu’ils auront besoin d’être reconstruits et réparés.

Pour cela, bien évidemment, il y aura donc plusieurs étapes à passer :

1) Trouver de bons matériaux de construction (alimentation).

2) Pouvoir les digérer et les assimiler correctement (force nerveuse, digestion, force intestinale).

3) Pouvoir correctement les utiliser et les acheminer, si je puis dire, vers le « lieu du chantier » (force nerveuse, capacité lymphatique).

La troisième étape est très importante, car si nos cellules baignent dans des liquides congestionnés et épais, les nutriments que l’on absorbera, digérera et assimilera n’arriveront pas à la cellule (entre autres à nos cellules musculaires).

 

Côté alimentation :

  • On gagnera à respecter dans un premier temps la digestion, par exemple, ne surtout pas faire d’activité physique après avoir mangé.
  • On gagnera également à équilibrer les repas en respectant toutes les classes alimentaires.
  • Il est recommandé de favoriser un maximum les aliments frais, non transformés, locaux et bio, ainsi que la prise régulière de jus de légumes frais avec une cuillère à soupe de poudre d’herbe d’orge.
  • On ajoutera des fruits secs (figues, dattes, raisins secs, baies de goji, mûres blanches, abricots, bananes, etc.) ainsi que des noix et des oléagineux (noix, noix du Brésil, noix de macadamia, amandes, noisettes, etc.).
  • Pour en savoir plus, je vous renvoie à l’article de mon confrère Eric Darche, naturopathe : https://regenerescence.com/blogue/y-a-t-il-une-alimentation-specifique-pour-les-sportifs/

 

Côté repos musculaire :

  • En général, la récupération musculaire demande 48 heures de repos pour les « petits muscles » (triceps, biceps, etc.) et 72 heures pour les « gros muscles » (muscles du dos, pectoraux, etc.).
  • Beaucoup de personnes (notamment les sportifs novices) l’ignorent, mais durant une séance de sport, le système nerveux travaille également et subit de fortes demandes de la part du cerveau puisque c’est lui qui va créer les contractions musculaires répétées nécessaires.
  • La fatigue nerveuse est très discrète et ne se fait ressentir que trop tard, quand elle est extrême et que vous ne pouvez/voulez plus rien faire. C’est pour cette raison qu’il faut être très vigilant sur ce point. Généralement, il faudrait 48 heures pour que le système nerveux puisse se recharger.
  • Cependant, en cas de sessions d’entraînement intensives centrées sur un seul groupe de muscles, les nerfs localisés sur ce dernier peuvent avoir besoin de 96 heures pour se remettre.

Le catabolisme et l’anabolisme

Ce sont les deux composantes du métabolisme. Ces deux processus forment l’ensemble des réactions chimiques se déroulant au sein d’un être vivant pour lui permettre de se maintenir en vie.

– L’anabolisme est un processus permettant au corps humain de régénérer ses tissus. Cette réaction utilise les éléments apportés par l’alimentation et consomme de l’énergie.

– Le catabolisme, lui, est le processus inverse. Il permet au corps humain de dégrader des molécules complexes pour produire de l’énergie.

 

Le catabolisme dégrade donc les muscles en utilisant les protéines et les acides aminés tandis que l’anabolisme construit et renouvelle ces mêmes tissus musculaires. La croissance musculaire est basée sur cet équilibre entre anabolisme et catabolisme. Lorsque l’anabolisme est plus fort que le catabolisme, l’organisme construit du tissu musculaire. Si c’est le catabolisme qui domine, nous assistons à sa dégradation, et donc à la perte de muscle.

En gros, CATABOLISME = ACTIVITÉ ET DESTRUCTION et ANABOLISME = REPOS ET RECONSTRUCTION.

Le repos est un indispensable pour la récupération du corps, lourdement sollicité durant une séance de sport.

Vous devez ainsi faire attention à bien respecter les journées de repos, car elles vous permettront d’éviter les blessures et d’être dans un état optimal lors de vos vraies séances. Vous pourrez ainsi atteindre vos objectifs plus sereinement et rapidement.

 

Le jeûne intermittent lui aussi va pouvoir aider énormément l’entretien, le maintien, le raffermissement et le développement de nos muscles. Je vous invite à faire vos propres recherches. Cependant, si le sujet vous intéresse, je ferai un article spécial sur le jeûne intermittent et le sport.

 

Pour terminer cet article, j’aimerais également vous dire qu’en adjoignant une réforme de notre hygiène de vie et de notre mode de vie, il pourra être intéressant de prendre certains mélanges de plantes, comme Andro 1 sur la boutique Regenerescence. Ce mélange favorise l’anabolisme grâce à des plantes à la fois adaptogènes et très nourrissantes pour le système endocrinien, il stimule la production de testostérone et d’hormones de croissance (grâce au maca et au tribule), et de corticostéroïdes (grâce au muira puama et à l’avoine).

 

Je vous souhaite à tous un bon soin de vos muscles et une bonne régénération.

Avec tout mon amour,

Eatman

The following two tabs change content below.

Eatman - Permaculteur / Hygiéniste

Depuis son adolescence, Eatman (Thomas de son prénom), est en proie à un malaise profond : le monde dans lequel il évolue ne le satisfait pas. Il partage ses idées et n'hésite pas à les confronter avec des médecins, diététiciens et autres naturopathes. Fort de ses nouvelles certitudes, il entreprend alors de changer radicalement de mode de vie, consommant principalement, à 70% une alimentation vivante, bio et végétal (composé de fruits, feuilles, oléagineux et de légumes).

Derniers articles parEatman - Permaculteur / Hygiéniste (voir tous)

0 réponses

Répondre

Vous désirez rejoindre la conversation?
Nous vous invitons à y contribuer!

Laisser un commentaire