Blog - A la une

Lorsque l’on s’intéresse à sa silhouette et que l’on souhaite garder un ventre plat, on a très souvent tendance à pratiquer la chasse aux corps gras tous azimuts. Cependant, avec un minimum de connaissances, on découvre que les graisses, de manière générale, ne sont pas nos ennemies.

Les lipides ou les acides gras jouent un rôle important pour nous maintenir en bonne santé. C’est pourquoi on ne peut pas évincer les graisses dans l’organisme sans subir des conséquences délétères pour notre santé.

 

La carence en corps gras polyinsaturés favorise des déséquilibres hormonaux en progestérone, en testostérone et en DHEA, à l’origine de la prise de poids.

Les acides gras oméga-3, 6 et 9 représentent la matière première des hormones sexuelles et de la DHEA, qui ont un rôle lipolytique (« élimination » des graisses). En effet, faire la chasse aux corps gras va contribuer à faire chuter le taux de certaines hormones. Malheureusement, cela peut entraîner la prise de poids puisque :

  • La progestérone favorise, entre autres, l’oxydation des graisses et régularise le métabolisme du sucre.
  • La testostérone contribue à régulariser le stockage des graisses. Cette hormone est produite aussi chez les femmes en quantité très modérée par les ovaires et les glandes surrénales. Cette hormone permet entre autres de prévenir l’accumulation des graisses, en particulier au niveau de l’abdomen, en inhibant l’activité de l’enzyme lipoprotéine-lipase.
  • La DHEA joue un rôle dans la régulation du poids en freinant l’appétit et en normalisant le fonctionnement des cellules graisseuses. De plus, cette hormone stimule par effet « feedback » l’hormone de croissance qui contribue, elle aussi, à freiner la surcharge pondérale.

La baisse de toutes ces hormones en relation avec la prise de poids explique d’ailleurs en partie pourquoi, à partir de 40 ans, l’homme et la femme accusent en général une prise de poids plus ou moins importante, au moment où toutes ces hormones ont tendance à être moins sécrétées par l’organisme.

En éliminant les sucres raffinés, on perd plus de poids et de graisses corporelles qu’en limitant les graisses alimentaires de bonne qualité. Avant de supprimer ou de restreindre les sources d’acides gras oméga-3 (huile de noix ou de colza, par exemple), il est bon de savoir que ces lipides ont un rôle important pour le système nerveux, le fonctionnement du cerveau, la vision et l’humeur.

Lorsque l’on prend conscience des rôles si importants que jouent ces acides gras au sein de notre organisme, comment vouloir les supprimer sans penser aux éventuelles conséquences délétères sur notre santé ?

La baisse du « bon » cholestérol HDL, des vitamines liposolubles A, D, E, K ainsi que des caroténoïdes résulte des produits allégés en graisses, où celles-ci sont souvent remplacées par des glucides, d’où l’augmentation des triglycérides favorisant la prise de poids.

Comme le corps se sert, entre autres, des corps gras pour se protéger du froid et du chaud, il peut être amené à retenir l’eau pour pallier cette carence de lipides, entraînant ainsi l’apparition d’œdèmes. L’eau n’est pas un isolant spécifique, mais essentiellement un conducteur favorisant le froid et le chaud.

On notera que le tissu adipeux viscéral de la graisse brune contribue à brûler les graisses produites de la chaleur et s’oppose au gain de poids. L’acide gras oméga-6 issu de l’huile de tournesol ou de noix, par exemple, stimule par l’intermédiaire des prostaglandines les mitochondries de la graisse brune et entraîne une normalisation progressive du poids, sans qu’il soit nécessaire de recourir à des mesures diététiques draconiennes.

Il semble qu’un bon rapport entre les acides gras oméga-3/oméga-6 devrait comprendre de quatre à cinq parts d’oméga-6 pour une part d’oméga-3.

Tout le monde possède des cellules graisseuses, qui prennent forme quand nous sommes encore dans le ventre de notre mère et deviennent réellement matures à l’adolescence.

Elles font partie intégrante de notre constitution. Par exemple, ces cellules participent au stockage et à la gestion de l’énergie. C’est une action de « survie ». Les graisses non utilisées en tant qu’énergie seront stockées pour être « brûlées » ultérieurement.

Les graisses sont très importantes pour maintenir les étapes de transformation naturelles de votre corps, telles que l’absorption de vitamines et la production d’énergie. Sans ces vitamines solubles dans la graisse (vitamines A, D, E et K), le corps ne peut pas absorber correctement le calcium, la production hormonale pourrait être affectée négativement et le sang pourrait avoir des difficultés à se former ou à coaguler correctement.

 

Un manque de vitamines solubles dans la graisse peut mener à de sérieux problèmes de santé, incluant l’héméralopie (difficulté excessive à voir lorsque la luminosité diminue), le rachitisme, l’anémie et le saignement interne. De plus, lorsque le corps ne peut absorber le calcium, les os s’affaiblissent et se fragilisent. Les graisses peuvent aussi servir à gérer des toxines (et/ou toxiques) lorsque les émonctoires principaux et le système lymphatique ne remplissent plus leurs fonctions de nettoyage.

Lorsqu’on est en recherche d’une « meilleure silhouette », d’un ventre plat et d’un poids idéal, il est donc conseillé d’éviter de considérer les graisses comme un ennemi, et de plutôt commencer à s’intéresser au merveilleux fonctionnement du corps humain et d’en comprendre les mécanismes. Pour cela, il est important de prendre du temps pour s’informer en participant à des formations ou des ateliers, ou en lisant des livres, par exemple.

Cet article ne remplace absolument pas une consultation privée avec un professionnel de santé, mais vous donnera une approche des possibilités qui s’offrent à vous.

 

Avec tout mon amour

Eatman

The following two tabs change content below.

Eatman - Permaculteur / Hygiéniste

Depuis son adolescence, Eatman (Thomas de son prénom), est en proie à un malaise profond : le monde dans lequel il évolue ne le satisfait pas. Il partage ses idées et n'hésite pas à les confronter avec des médecins, diététiciens et autres naturopathes. Fort de ses nouvelles certitudes, il entreprend alors de changer radicalement de mode de vie, consommant principalement, à 70% une alimentation vivante, bio et végétal (composé de fruits, feuilles, oléagineux et de légumes).

Derniers articles parEatman - Permaculteur / Hygiéniste (voir tous)

1 réponse

Répondre

Vous désirez rejoindre la conversation?
Nous vous invitons à y contribuer!

Laisser un commentaire

Centre de préférences de confidentialité

Necessary

Advertising

Analytics

Other