Blog - A la une

Marine est kinésithérapeute depuis 30 ans et s’est formée à diverses techniques pour aider les patients à « retrouver la voie de la guérison » et à ne pas uniquement recevoir des « soins symptômatiques ». Elle s’est alors spécialisée en biokinergie, pratique axée sur le « traitement tissulaire » (type fasciathérapie), la médecine chinoise travaillée avec les doigts appelée « manoqithérapie » et la thérapie manuelle issue de l’ostéopathie sans manipulations.

 

Pouvez-vous nous en dire plus sur la biokinergie ?

Il s’agit de ne pas traiter seulement le symptôme. On remonte à la racine du mal qui est souvent liée à l’accumulation de plusieurs déséquilibres musculaires, articulaires, mais aussi viscéraux. Cette rééquilibration physique et énergétique se fait grâce à un travail effectué par le praticien qui, par le développement de sa sensibilité tactile, « lit » le corps afin d’en déterminer les zones à corriger.
Cela permet la libération des blocages articulaires et viscéraux, la détente des muscles et des fascias (membrane fibro-élastique qui recouvre ou enveloppe une structure anatomique), rétablissant les échanges circulatoires et nerveux qui conditionnent l’équilibre biologique du corps.

Après un bilan, nous déterminons quels sont les zones à travailler. La personne soignée s’étonne parfois de voir que l’on commence par un tout autre endroit que celui pour lequel elle est venue consulter. Pour donner un exemple, une inflammation au niveau du genou peut en partie être dû à de l’acidité au niveau de l’estomac; d’où l’importance de prendre à temps les problèmes de fond.

 

Comment se matérialise votre ressenti du corps ?

Nous apprenons à sentir quels sont les points à travailler. Certains points émettent une énergie tels des geysers, d’autres sont ressentis aspirants ou encore restent calmes. Ces derniers à peine ressentis par les doigts du thérapeute ne sont pas travaillés tant qu’ils le restent… Par contre, on cherche à équilibrer ceux qui aspirent, ce qui va permettre de calmer ceux qui émettent de trop. Ce toucher énergétique vient se superposer à des positionnements de mains (ou prises) de type ostéopathique et fasciathérapeutique pour rééquilibrer des tensions musculaires, ligamentaires ou viscérales.

 

Comment aidez-vous les patients à être plus autonomes dans la prise en charge de leur guérison ?

Selon les méridiens sur lesquels j’ai dû travailler, je vais préconiser aux personnes de changer leur mode alimentaire (si les points de méridiens foie, estomac ou vésicule biliaire ressortent). Je fais aussi des tests d’allergie aux aliments. Certaines personnes pensent parfois, à tort, que parce qu’elles vont à la selle tous les jours, tout va bien au niveau digestif.

Il y en a d’autres qui croient qu’ils doivent se muscler les abdominaux pour perdre du ventre alors que ce sont leurs intestins qui veulent prendre du volume. Le ventre est un vase d’expansion et le contenu a toujours l’avantage sur le contenant. C’est comme lorsqu’une boîte de conserve gonfle, on ne rend pas le métal fautif : le problème se situe dans le contenu.

 

Pour les causes émotionnelles, qu’en pensez-vous ?

Les traumatismes s’inscrivent dans les tissus. La médecine chinoise (quantique, holistique) est très informationnelle. Intellectualiser ce qu’on a lâché n’est pas toujours nécessaire, car trop « ruminer » ce qui vient d’être évacué nourrit l’évènement douloureux et nous ne sommes plus, alors, en capacité de lâcher-prise. Parfois, pendant la séance, il y a des pleurs, la plupart du temps sans savoir pourquoi. Il faut faire confiance en son corps et lâcher-prise.

 

Qu’en est-il des pathologies lourdes ?

Par exemple, en cancérologie, nous agissons en complémentarité aux protocoles médicaux et non en parallèle. On peut aider à minimiser les dégâts physiques et émotionnels sans interagir avec le domaine oncologique, car le traitement casse le réseau énergétique. Notre travail va être d’aider le corps à recréer toute la trame énergétique. C’est comme lorsqu’on a irradié un sol, les graines ne peuvent plus y pousser. C’est donc souvent entre et après les chimios que nous sommes les plus utiles.

Le corps étant composé de 70 à 80 % d’eau, je me suis intéressée aux propriétés physico-chimiques de l’eau. J’ai pris conscience de son aspect électronique et vibratoire dans le corps humain. L’eau est un élément qui nourrit actuellement beaucoup de recherches, car il faudrait être omniscient pour entièrement la comprendre. Je pense qu’il en est de même avec le corps humain et la vie.
D’autre part, certains biologistes spécialisés en épigénétique démontrent que la membrane cellulaire joue le rôle de cerveau pour la cellule. Par transposition, il se pourrait que la peau joue aussi un rôle de cerveau adaptatif pour le corps. En effet, la peau est une interface entre l’interne et l’externe du corps humain : tous les signaux du corps « s’affichent » sur elle et tous les paramètres externes aussi. Elle doit constamment trouver un équilibre, une communication, être en adéquation entre ces 2 milieux.

D’où l’intérêt que je porte à l’endermologie médicale qui restructure la peau. A voir par la suite si cette restructuration aboutit à une meilleure « communication » entre l’interne et l’externe. Pour le peu d’expérience de travail avec ce Cellu-M6, j’ai déjà noté une meilleure « lisibilité » du corps au niveau des points chinois et une impression d’être plus efficace dans les « réponses » données au corps en biokinergie.

Site web mettant en avant l’expertise de Marine en biokinergie et en ateliers de cuisine crue : http://atelierdelepicurieuse.fr/

The following two tabs change content below.

Cécile

Cécile est une passionnée qui aime explorer des univers et qui utilise la communication sur le web comme un outil cosmique. Savoyarde d'adoption, elle aime les grands espaces qui donnent à la fois une impression d'infini et font se sentir comme poussière d'étoile dans l'univers. Elle aime rencontrer des personnes et écouter ce qui les fait vibrer. Parée au décollage !
0 réponses

Répondre

Vous désirez rejoindre la conversation?
Nous vous invitons à y contribuer!

Laisser un commentaire