Blog - A la une

Vous avez manqué la première partie? C’est par ici.

 

Il est très important de prendre soin de son côlon et de lui donner au maximum la capacité de rester alcalin ! Vous y gagnerez beaucoup : régénérer le corps et l’esprit.

 

Libérer les forces immunitaires, rééduquer l’intestin, soigner constipations et diarrhées, apaiser ballonnements et douleurs, apaiser les diverticulites, soutenir les reins, éliminer les œdèmes, régénérer le foie, éliminer les calculs biliaires et rénaux, prévenir et soigner cystites et infections urinaires, prévenir sinusites et angines chroniques, soulager les états de douleurs chroniques ou les règles douloureuses, améliorer l’état de la peau, améliorer la circulation sanguine dans le bassin et les jambes, diminuer voire faire disparaître les allergies, prévenir le cancer du côlon…

 

Côté alimentaire

Lorsqu’on constate une dégénérescence microbienne de la flore intestinale, de l’inflammation, de la constipation chronique ou tout problème lié à l’élimination des selles, il peut être favorable de consommer :

  • Des fruits et légumes frais et lactofermentés ; ces derniers devront être consommés avec modération si l’on est en présence d’un terrain acide-déminéralisé.
  • Du kéfir de fruits (même recommandation que ci-dessus).
  • Des graines germées.
  • De la spiruline.
  • Beaucoup plus de fibres végétales solubles de type épinard, pissenlit, salade, etc.
  • Du plasma de quinton.
  • Du psyllium.
  • Des jus de légumes frais et des plantes comestibles.
  • De faire des bains dérivatifs.
  • De faire des bonds sur soi-même régulièrement pour faire bouger et aider la lymphe.
  • D’utiliser une poche à lavement.
  • De favoriser une alimentation alcaline avec un bon apport en sels minéraux contenus dans les légumes.
  • Et de consommer des plantes « médicinales » qui aident ce volet.

 

Dans la gestion des émotions

Chaque organe du corps a non seulement un rôle physique, mais exerce également une « fonction de filtration de nos émotions ».

 

On va donc s’intéresser à l’interconnexion entre cinq mouvements que sont la peur, la colère, la joie, la réflexion et la tristesse. Dès lors, un désordre psycho-émotionnel se traduira au niveau d’un organe précis.

Les méridiens rein et vessie sont associés à la peur, prise dans son versant positif.

La peur correspond à la prise de conscience d’une nécessaire mise en mouvement. C’est en liaison avec les os, la moelle osseuse et le système nerveux central. Les méridiens stockent les mémoires de ces peurs et ont une capacité à les filtrer pour mieux les évacuer.

Une personne qui a la peur de perdre sera plus exposée aux constipations, par exemple.

La colère désigne une énergie de mise en mouvement et de créativité. C’est uniquement quand on ne peut la mettre en mouvement que se créent de la frustration et de la colère, et l’énergie devient alors négative (selon la vision occidentale). La capacité à créer dans le corps est en lien avec les muscles et les tendons pour mettre en mouvement le squelette.

Quelqu’un en hésitation constante dans sa vie, à se dire « j’y vais, je n’y vais pas », sera plus sujet aux tendinites. Une tendinite au coude, par exemple, pourra être révélatrice d’une tendance à hésiter, d’un malaise lié au fait de ne pas être en accord avec soi-même.

Ce mouvement est en lien avec la circulation sanguine et le cœur. C’est ce qui est mis en œuvre pour vivre la joie, faire circuler en soi le bonheur d’exister et amener le soleil en soi. Cette joie apporte quelque chose de transcendant, de jubilatoire, de spirituel. Mais ce cycle ne dure pas, et un jour le soleil se couche et la lumière décroît.

Après le zénith vient le temps de la réflexion, une phase d’intériorisation et de réflexion.

L’intériorisation est utilisée pour un nécessaire retour sur soi. Il s’agit de trouver le moyen de prendre conscience de ce qui nous affecte et dans le bon dosage. Ces méridiens sont en lien avec la peau, dont celle qui entoure les organes.

Chez une personne dépressive, on se focalisera sur le gros intestin, car le déséquilibre au niveau de cet organe crée des peurs et bloque la dynamique d’action.

La gestion des émotions veille sur la fluidité des émotions qui doivent traverser le corps physique pour s’évacuer. Il s’agit d’éviter la violence extériorisée qui crée des conflits relationnels avec les autres et la violence intériorisée qui réprime toutes les émotions et bloque notre système immunitaire, faisant le lit de nombreuses maladies ; et d’apprendre et de mettre en place des techniques de gestion des émotions.

 

Le repos, la détente, le calme 

Le système parasympathique a pour principale fonction de réguler les activités qui permettent de conserver et de rétablir l’énergie de l’organisme pendant les périodes de repos ou de récupération. Les réponses parasympathiques sont la salivation, le larmoiement, la miction et la défécation.

Dans le cas de la défécation, c’est le nerf vague qui est chargé de transmettre l’impulsion nerveuse du système parasympathique, du système nerveux central jusqu’au côlon. Lorsque ce nerf a un problème, le processus de défécation peut être gêné.

Le calme, la détente et le repos aident à éviter le stress, qui lui aussi est à l’origine d’une constipation, car il entraîne la sécrétion d’adrénaline et de cortisol : il place l’organisme en état d’alerte (réaction de lutte ou de fuite). Dans ce cas, l’énergie est concentrée dans les organes nécessaires à la lutte ou à la fuite, comme le cœur, les poumons et les muscles. Le système digestif est mis en veille, car il n’est pas essentiel. Mais si la situation de stress dure et qu’elle devient chronique, les organes du système digestif sont pratiquement mis en sommeil, comme c’est le cas pour la motilité du côlon.

Alors plus on se donne du repos et des moments de détente, plus on prend son temps, moins on sera constipé.

 

Prendre le temps

Nous ne devons pas ignorer l’appel de la nature. Lorsque nous ressentons le besoin d’aller aux toilettes, il faut prendre le temps de le faire.

Si l’on ne ressent pas ce besoin de manière naturelle, il faut passer un moment assis aux toilettes, de préférence le matin, et attendre que les muscles du côlon remplissent leur fonction. Programmez cet instant sur votre agenda.

 

L’exercice physique

Pratiqué régulièrement, il aide aussi à éviter la constipation. De même, lorsque l’on pratique un exercice physique intense, comme la course à pied, l’activité intestinale augmente.

Côté respiration

Les deux principaux organes d’élimination des toxines sont les poumons et les reins. Les intestins et le côlon ne sont pas des organes importants dans ce problème d’élimination. Ils jouent un rôle important dans l’élimination et contribuent à l’évacuation des matières toxiques (à ne pas confondre avec les toxines) et des déchets du bol alimentaire.

On estime que seulement environ 14 % des poisons du corps sont normalement éliminés par les intestins. Vous pouvez présenter des mouvements intestinaux copieux et réguliers et cependant être plein de toxines. Donc, nous comprenons simplement que favoriser une bonne élimination par les poumons va indéniablement soulager la fonction des intestins et du côlon.

Pour cela, des techniques comme la cohérence cardiaque, la respiration ventrale, la respiration consciente ou la respiration holotropique vont grandement aider à favoriser une bonne oxygénation (pour le bon fonctionnement cellulaire à tous les niveaux, notamment au niveau des cellules épithéliales), ainsi qu’une bonne élimination des toxines et entre autres principalement des acides faibles volatiles.

Une grande capacité pulmonaire est en elle-même une grande source de santé, de vigueur, d’énergie et de puissance. Cela signifie la possibilité de faire pénétrer davantage d’oxygène pour purifier et nettoyer le sang. Si vous respirez surtout par la bouche, vous ne respirerez pas aussi profondément que si la respiration s’effectuait par le nez.

 

L’exposition au plein air est l’une des plus grandes mesures préventives de maladie par le rôle important de la peau nue sur la désintoxication organique.

 

L’oxygène est l’élément support de vie contenu dans l’air. Tout comme le feu dans le fourneau ne peut être maintenu sans un long entretien, le feu du corps ne peut être maintenu sans une abondance d’oxygène contenu dans l’air respiré. Quand nous inspirons, l’oxygène est amené aux poumons et emporté par les artères dans chaque cellule, puis est ramené aux poumons par les veines et rejeté dans l’air extérieur.

 

Efforcez-vous de faire une ventilation maximale de vos chambres à coucher, ou mieux, dormez en plein air ; vivez dans un endroit où l’air est pur ; prenez chaque jour une ration d’exercice suffisante qui vous oblige à la respiration profonde ; respirez par le nez et vous améliorerez nettement par conséquent le volet de l’élimination général, et donc indéniablement l’élimination par les intestins et le côlon.

 

Respiration = Déconstipation

 

Tout en prenant en compte votre terrain et votre mode de vie dans sa globalité, pour donner à l’organisme vivant tous les éléments vitaux dont il a besoin.

Bonne régénération

The following two tabs change content below.

Eatman - Permaculteur / Hygiéniste

Depuis son adolescence, Eatman (Thomas de son prénom), est en proie à un malaise profond : le monde dans lequel il évolue ne le satisfait pas. Il partage ses idées et n'hésite pas à les confronter avec des médecins, diététiciens et autres naturopathes. Fort de ses nouvelles certitudes, il entreprend alors de changer radicalement de mode de vie, consommant principalement, à 70% une alimentation vivante, bio et végétal (composé de fruits, feuilles, oléagineux et de légumes).

Derniers articles parEatman - Permaculteur / Hygiéniste (voir tous)

0 réponses

Répondre

Vous désirez rejoindre la conversation?
Nous vous invitons à y contribuer!

Laisser un commentaire