Blog - A la une

LE DÉSHYDRATEUR.

Vous qui cherchez de bonnes sources d’aliments très riches en nutriments et disponibles toute l’année; avez-vous pensé à la déshydratation ?

On connaît tous la congélation, la cuisson, etc., pour conserver les aliments. Par contre la déshydratation qui est sans doute la plus ancienne des méthodes de conservation et assez paradoxalement, pas la plus connue, loin s’en faut.

La déshydratation consiste à éliminer en partie ou totalement l’eau contenue dans un aliment, soit par l’action du soleil, soit par une technique de chauffage. Traditionnellement sont séchés au soleil les tomates, les abricots, les figues, etc.

On peut aussi avoir recours à un déshydrateur vendu dans le commerce, bien plus adapté que le four en raison de la durée de séchage très longue parfois, ainsi que d’une meilleure maîtrise de la température en fonction des aliments à déshydrater.

Le déshydrateur n’est pas du tout un appareil superflu si vous souhaitez conserver des aliments dans des conditions optimales et des plus saines.

Un « bon » déshydrateur doit pouvoir proposer à une température minimale de 35 °C.

Son mécanisme de base est assez simple : un four + un ventilateur pour favoriser une température homogène ainsi que l’élimination de l’humidité, + un thermostat pour régler la température souhaitée + une minuterie indispensable pour choisir la durée de déshydratation propre à chaque aliment.

Température.

Le déshydrateur que vous choisirez doit permettre de sécher vos aliments entre 35 °C et 70 °C. Il doit aussi être adapté à vos besoins de séchage qui s’exprime par la dimension des plateaux et leur nombre.
Durée de séchage. La durée de programmation possible avec votre déshydrateur doit être au minimum d’une quinzaine d’heures ; 48 heures est une capacité intéressante.

Il semble qu’il n’y est pas l’unanimité entre les auteurs à propos de la durée et la température à choisir pour déshydrater un aliment en particulier. Par contre un bon « guide » reste la température idéale à respecter pour conserver les nutriments les plus sensibles à la chaleur que sont les enzymes nutritives qui commencent à s’altérer à partir de 40 °C.

En ce qui concerne les aliments que vous déshydraterez juste dans un but de conservation, mais qui sont destinés par la suite à entrer dans une cuisson prolongée comme les tomates séchées, on peut tolérer sans problème une température de 55 °C.

Dans de nombreux manuels accompagnant les déshydrateurs du commerce, on propose très souvent des températures de séchage entre 60, 65, 70 °C.

La déshydratation douce et progressive permet de concentrer les nutriments de l’aliment.

À retenir.

Plus la température de déshydratation est élevée est plus le temps de séchage est cours. Mais plus la température est élevée et plus le respect de l’intégrité des nutriments est moins respecté.

Le temps de chauffage n’est pas standard et on rencontre des variations de durée même pour le même fruit.

La durée va dépendre de la quantité d’eau contenue dans tel ou tel aliment. Et cela va dépendre de sa variété, de sa maturité, de sa texture, de son épaisseur, etc. Plus un fruit est sucré et plus il se conservera, car le sucre est un conservateur naturel.

Donc pour optimiser la déshydratation, il ne faut pas hésiter à goûter de temps en temps l’aliment que vous souhaitez déshydrater.

Comment préparer les aliments à déshydrater.

Dans un premier temps il faut choisir des fruits et légumes frais d’origine biologique de préférence et bien mûrs. On prendra soin de bien les laver pour éliminer toutes les impuretés extérieures, autant que cela est possible et on n’hésitera pas à couper les parties abîmées.

Puis on les séchera rapidement avec une serviette avant de les introduire dans le déshydrateur. On pourra procéder à la réalisation de tranches de 6 mm en moyenne, voire moins pour certains fruits et légumes.

Étaler vos aliments sur les grilles sans les faire se chevaucher pour favoriser une bonne circulation d’air. Il peut être souhaitable d’éviter de mettre la partie de la peau en contact avec les grilles pour faciliter leur retrait après séchage.

Ensuite on décidera soit de les couper en tranches, soit de les laisser entiers. Si on souhaite les couper, il est important que les tranches aient une épaisseur égale et uniforme pour faciliter le séchage et une répartition aisée sur les plateaux du déshydrateur.

Pour les fruits à noyau, penser à les retirer : cerises, abricots, etc. Pour la banane, les choisir très mûres afin qu’il n’y ait plus d’amidon.

Si on le souhaite, on peut aromatiser les aliments à déshydrater en les saupoudrant avec des épices (curry, paprika, cumin, cannelle, etc.)

Dès que les aliments auront été séchés, les mettre dans des bocaux à l’abri de la lumière et de l’air.

J’AI ESSAYÉ POUR VOUS LE DÉSHYDRATEUR STEBA ED8

En toute objectivité, après différents essais, il m’apparaît répondre à tous les critères de choix que j’ai énuméré plus haut. Il dispose d’une grande surface de séchage qui est très adapté à la grande majorité des utilisateurs de déshydrateur en général.
Il dispose d’une capacité de température qui va de 35 à 70 ° avec une durée maximale de 48 heures, ce qui est largement suffisant.

Il est très esthétique, silencieux, est conçu en Allemagne avec des matériaux de bonne qualité qui lui assure une belle finition.

Conclusion : appareil très satisfaisant pour une bonne déshydratation de vos fruits et légumes.

 


Découvrez le déshydrateur steba ed8

Déshydrateur Steba ED8

The following two tabs change content below.

Eric Darche

Eric Darche est naturopathe hygiéniste depuis 25 ans. Parallèlement à sa formation de base et son expérience acquise grâce à ses consultations, il a en permanence amplifé ses connaissances par l’étude de nombreux travaux de recherche ainsi que par un échange régulier et fructueux avec différents scientifiques. Il anime aussi depuis de nombreuses années des ateliers, conférences-débats, stages, formations, cours, afin de sensibiliser le public sur l’impact majeur de la nutrition sur la santé et a rédigé à ce propos de nombreux articles dans la presse.
1 réponse

Répondre

Vous désirez rejoindre la conversation?
Nous vous invitons à y contribuer!

Laisser un commentaire