Blog - A la une
laddiction-au-sucre-consequences-souvent-sous-estimees-regenerescence

Le sucre rend-il accro ?

Selon le neurobiologiste Jean-Pol Tassin, la nicotine seule ne rend pas dépendant contrairement à ce que l’on dit. En fait il semble que les fumeurs sont bien plus accros au sucre contenu dans la cigarette qu’à la nicotine.

Les aliments à indice glycémique élevé (qui font élever fortement et en peu de temps fortement le taux de glucose sanguin) favorisent l’hypoglycémie réactionnelle. En effet une très forte dose de sucre dans le sang dans un laps de temps relativement court, provoque une sécrétion très élevée d’insuline par le pancréas.

Cette sécrétion d’insuline s’avère très souvent plus importante que nécessaire pour réguler le taux de sucre sanguin : un excès entraîne un autre excès. Comme le rôle de l’insuline est de permettre au sucre de pénétrer ou d’entrer au niveau intra-cellulaire, son excès va provoquer un prélèvement excessif de sucre se trouvant dans le sang. C’est ainsi que le taux normal de glucose sanguin par litre n’est plus respecté, d’où l’hypoglycémie réactionnelle qui fait suite à une hyperglycémie.

Peu de gens connaissent les effets redoutables de l’hypoglycémie chronique. En effet, selon le docteur Gould et le neurobiologiste Russel Blaylok, le manque de sucre sanguin peut provoquer les mêmes symptômes que l’anxiété, l’hystérie, la neurasthénie et la psychose.

Dans la schizophrénie l’hypoglycémie est associée à cette pathologie selon le Docteur Wende et Beeb dans 74 % des cas. Le cerveau est un grand consommateur de glucose soit 25 % de la consommation globale du corps. Son manque a immédiatement des conséquences très importantes au niveau des fonctions neurologiques.

Comme on vient de le voir, le sucre en excès provoque une hypoglycémie réactionnelle. Cette dernière va notamment provoquer la sécrétion de deux hormones surrénaliennes : l’adrénaline (l’épinéphrine) et la noradrénaline (la norépinéphrine).

Ces hormones vont provoquer la conversion du glycogène hépatique (réserve de sucre hépatique) en glucose. Elles vont aussi contribuer à exciter le cerveau en provoquant de la nervosité au niveau cérébral pour augmenter son activité compromise par le manque de glucose dû à l’hypoglycémie.

Différentes études relatées par le neurochirurgien Russel Blaylock laissent à penser que l’hypoglycémie chronique est à l’origine de nombreux actes délictuels, parfois criminels, d’une grande sauvagerie où la personne ne se contrôle plus.

Il ne s’agit pas ici d’asséner des conclusions hâtives ou à « l’emporte-pièce » en affirmant que tous ceux qui consomment des aliments à indice glycémique élevé vont devenir des délinquants. Cependant, de nombreuses études prouvent qu’une alimentation saine et équilibrée régulant la glycémie, favorise les comportements stables. Par contre, l’alimentation favorisant l’hypoglycémie réactionnelle chronique, par des aliments à indice glycémique élevé, est en relation avec une augmentation des actes délictuels.

Sans risque d’exagération, on peut affirmer que l’alimentation des fast-foods contribue indiscutablement sur le plan neurochimique à favoriser l’instabilité émotionnelle et donc les comportements « à risques » et asociaux, que ce soit en consommant leurs plats dans leurs propres restaurants ou encore en s’inspirant de ce modèle nutritionnel pour réaliser ses menus chez soi ou à l’extérieur.

Une alimentation vivante non raffinée, équilibrée et saine permet d’éviter de « glisser » vers l’hypoglycémie réactionnelle et donc de participer à la régulation de sa glycémie. L’usage quotidien des jus de légumes et d’herbes sont des alliés puissants dans une telle démarche.

The following two tabs change content below.

Eric Darche

Eric Darche est naturopathe hygiéniste depuis 25 ans. Parallèlement à sa formation de base et son expérience acquise grâce à ses consultations, il a en permanence amplifé ses connaissances par l’étude de nombreux travaux de recherche ainsi que par un échange régulier et fructueux avec différents scientifiques. Il anime aussi depuis de nombreuses années des ateliers, conférences-débats, stages, formations, cours, afin de sensibiliser le public sur l’impact majeur de la nutrition sur la santé et a rédigé à ce propos de nombreux articles dans la presse.

Derniers articles parEric Darche (voir tous)

0 réponses

Répondre

Vous désirez rejoindre la conversation?
Nous vous invitons à y contribuer!

Laisser un commentaire

Centre de préférences de confidentialité