Blog - A la une
le-stress-comment-le-comprendre-et-le-gerer-regenerescenve

Le stress est la grande maladie de notre siècle.

À l’origine, le stress est un mécanisme naturel qui permet à notre organisme de s’adapter et de survivre dans certaines situations. C’est un réflexe archaïque, ponctuel, qui nous fait réagir afin de combattre ou de fuir.

Le stress devient problématique quand il devient chronique, notamment au niveau psychologique. En effet, nous avons tendance à ne plus réagir par la lutte ou le combat à toutes les stimulations stressantes de notre société moderne. Nous « encaissons » et continuons : il y a alors une inhibition de l’action sans suppression de l’agent stressant. C’est ainsi que nous nous épuisons.

Nous sommes tous différents face au stress, nous avons tous une capacité d’adaptation qui nous est propre. Être épuisé signifie que nous avons épuiser notre capacité adaptative acquise à la naissance, nous nous sommes complètement « essorés » : nous nous sommes encrassés et avons épuisés toutes nos ressources. 

Le mécanisme du stress peut se décomposer en trois phases physiologiques : l’alerte, la résistance et l’épuisement.

le-stress-comment-le-comprendre-et-le-gerer-regenerescenve-02

Etapes physiologiques du stress

 

La gestion du stress fait partie des trois piliers de bases d’une bonne santé. Et la bonne nouvelle, c’est que même avec une toute petite capacité d’adaptation, il est possible de se revitaliser et de se régénérer, grâce à la loi de l’homéostasie : « tout système vivant laissé à lui-même, soit au repos actif, revient spontanément à l’état d’équilibre au travers d’une série de processus que l’on appelle des processus régulateurs ». C’est le principe du vivant.

En matière de gestion du stress, diminuer la source de stress, retrouver un sommeil réparateur, renforcer sa capacité adaptative et réviser ses habitudes alimentaires va être indispensable. Le stress étant un processus acidifiant pour l’organisme, il est conseillé de privilégier les aliments non acides et non acidifiants, c’est-à-dire basifiant, afin d’entretenir la bonne santé de notre intestin mais aussi d’éviter toute déminéralisation. 

Attention au cercle vicieux possible : l’intestin peut influencer notre fonctionnement cérébral et vice versa, le cerveau peut exercer un contrôle sur l’intestin. Le stress et l’anxiété accroissent la perméabilité intestinale et modifient les bactéries intestinales, entrainant une nouvelle augmentation de la perméabilité intestinale et d’avantage d’inflammation, concourant au renforcement du stress, de l’anxiété et à la dépression.

 

le-stress-comment-le-comprendre-et-le-gerer-regenerescenve-03

Troubles possibles liés au stress.

 

Quels sont les actions à mettre en place ?

  • Supprimer la source de stress ! et oui, en naturopathie, on parle de causalisme : si on veut résoudre un problème, on ne s’attaque pas uniquement au symptômes, mais en priorité à la cause des causes. En supprimant la cause, on supprime le problème donc les symptômes du corps.
  • Allez au contact de la nature et marchez ! On dit en naturopathie que « le muscle est le pendant du nerf », et qu’avoir une activité physique modérée et régulière permet un bien-être psychique.
  • Favoriser des temps de repos mental, et un bon sommeil réparateur (la nuit mais aussi au cours de sieste si besoin). Le stress épuise les glandes surrénales sécrétrices de cortisol, il faut donc limiter les sollicitations de ces dernières.Couchez-vous avant 22h, et un soir par semaine vers 20h-20h30 pour faire une cure de sommeil. Créez-vous un SAS de décompression pour favoriser l’endormissement : lumière tamisée douce (à la bougie par exemple), étirements doux pour la colonne vertébrale et le massage des viscères, musique douce, bain de pieds chauds si le petit vélo tourne trop dans la tête et pratique de respirations amples et complètes. Dormez dans une chambre aérée et chauffée autour de 18°C. Vous pouvez également demander à votre conjoint de vous masser ! Le massage permet de revenir dans le corps et de lâcher le mental. Pour les personnes stressées (souvent de morphologie mince), le chaud au niveau du corps aide à se détendre : la pratique du sauna est donc adaptée, et permet à la fois de détoxifier les acides et de détendre les muscles et apaiser le mental.
  • Favoriser des temps de repos digestifs : dînez tôt pour éviter les problèmes de sommeil dûs à la digestion, avant 19h30-20h de préférence (on estime qu’il est préférable de manger 2h30-3h avant d’aller se coucher). Si vous rentrez à 21h chez vous, sautez le repas de préférence, ou buvez un verre de jus de légumes à défaut. Vous mangerez plus tôt le lendemain en fonction de votre faim. Si dans la journée, vous n’avez pas faim, ne vous forcez pas à manger et laissez vos intestins au repos. Si vous avez faim, favorisez une alimentation saine et équilibrée à majorité végétale et crue, riche en macronutriments (glucides, lipides, protides) et micronutriments (vitamines, minéraux, oligoéléments). Consommez des huiles de première pression à froid riches en oméga-3 comme le chanvre, le lin, la cameline, la noix (qui ne doivent pas être chauffées). Consommez des algues pour leur richesse en nutriments et notamment en minéraux : calcium, zinc, fer, iode, magnésium, etc., ainsi que des graines germées, ces petites bombes nutritionnelles. Le stress déminéralise l’organisme, d’où l’intérêt d’avoir un apport conséquent de minéraux. On peut également boire de l’eau de mer, également appelé plasma marin pour un boost de minéraux, idéal pour les personnes fatiguées, épuisées, déminéralisées.
  • Restaurez votre barrière intestinale en favorisant la consommation d’aliments vitalisants qui ne vous prends pas beaucoup d’énergie mais vous en donne en quantité : les jus de légumes (exemptes de fibres insolubles) de préférence vert pour les bienfaits de la chlorophylle, les fruits frais de saison qui vous font envie, et des probiotiques naturels avec le pollen frais de ciste (1 càS le matin à jeûn, du kéfir de fruits maison, des légumes lactofermentés, etc.). Vous supprimerez les aliments « morts », c’est-à-dire raffinés et transformés.
  • Vous pouvez également faire une cure de probiotiques Profidus +. Prendre 2 gélules le matin à jeun avec un verre d’eau, pendant 1 mois. Renouvelable 1 mois supplémentaire si nécessaire.
  • Vous pouvez également vous aider du CBD pour réduire l’anxiété, le stress et favoriser un sommeil plus profond donc plus réparateur. Le CBD aka Cannabidiol, est une molécule cannabinoïde bienfaitrice issue du chanvre, parmi plus de 60 composés actifs de la plante. Le CBD n’est pas psychoactif, et aide également à réduire la dépression, diminuer l’acné, réduire les crises chez les personnes épileptiques, apaiser la douleur et l’inflammation, améliorer la santé cardiaque et améliorer les symptômes de la maladie inflammatoire de l’intestin (MII). Quelle que soit votre problématique, il est recommandé de savoir à quel dosage commencer. Or le CBD n’est actuellement pas réglementé par la Food and Drug Administration (FDA) et il n’y a pas de doses officielles recommandées. Attention, le CBD peut avoir des interactions avec d’autres médicaments, renseignez-vous bien si vous êtes médicamenté. Un bon article à lire “An Update on Safety and Side Effects of Cannabidiol: A Review of Clinical Data and Relevant Animal Studies”, Kerstin Iffland and Franjo Grotenhermen. Cannabis Cannabinoid Res. 2017; 2(1): 139–154. La quantité de CBD que vous devez prendre dépend de plusieurs facteurs, notamment : votre poids corporel, votre problématique, votre chimie corporelle individuelle et la concentration de CBD dans la forme galénique choisie (pilule, capsule, goutte ou gomme, qui ont une importance dans le taux d’absorption). On peut cependant se baser sur les recherches actuelles si votre médecin ne donne pas de recommandation : il est préférable de commencer par une dose plus faible et de l’augmenter progressivement. On recommande de commencer avec 20 à 40 mg par jour, 40 mg étant pour une douleur assez intense. Après une semaine, augmentez cette quantité de 5 mg. Continuez jusqu’à ce que vous sentiez qu’il traite efficacement vos symptômes.

Les flacons de CBD vendus sur la boutique contiennent 5%, 10% ou 15% de CBD, dans un volume de 10 ml. Comment s’y retrouver ? 

La première chose à savoir est que 10 ml équivaut environ à 10g.

  • Si dosage à 5%, alors nous avons 500 mg de CBD par flacon. On estime 200 gouttes par flacon (0,05 ml par goutte). Donc 1 goutte = 2.5 mg de CBD. 3 gouttes par prise = 7.5 mg. 3 prises par jour = 22,5 mg par jour.

La prise recommandée est entre 20 et 40 mg par jour pour commencer, 40 mg étant pour une douleur intense. On augmentera, si besoin, de 5 mg après une semaine. Etc.

  • Si dosage à 10%, alors 1000 mg de CBD par flacon, soit 1 goutte = 5 mg. 3 gouttes par prise = 15 mg, 3 fois par jour = 45 mg.
  • Si dosage à 15%, alors 1500 mg de CBD par flacon, soit 1 goutte = 7.5 mg. 

Il est possible de prendre le 15% et de ne prendre que 3 gouttes au coucher : 22.5 mg par jour.

A vous de vous écouter et d’adapter.

The following two tabs change content below.

Sarah Juhasz

Ingénieur en génie biologique de formation, Sarah se passionne pour le sport avec notamment la course à pied. Suite à une blessure sportive, elle intègre la philosophie naturopathique, la méditation et le yoga dans son quotidien tout en transitionnant vers une alimentation végétale à forte tendance crue. Au fil des réflexions, des voyages, des rencontres, et de son cheminement intérieur, elle ne trouve plus de sens à son emploi pour une grande entreprise américaine. Elle se forme alors en cuisine végétale au sein d'une école américaine et entreprend des études de naturopathie au sein de l'Institut Supérieur de Naturopathie créé par Alain Rousseaux en étroite collaboration avec Pierre Valentin Marchesseau. Passionnée par l'humain, elle souhaite rendre la santé naturelle accessible à tous, éduquer et accompagner simplement et efficacement toute personne désireuse de retrouver son autonomie dans la gestion de sa santé. Elle est aujourd’hui auteure du livre « Ma bible de la naturopathie spéciale alimentation végétale crue » aux éditions Leducs, et sophrologue-relaxologue.
0 réponses

Répondre

Vous désirez rejoindre la conversation?
Nous vous invitons à y contribuer!

Laisser un commentaire

Centre de préférences de confidentialité