Blog - A la une
Les différents types de sucre - Blog sur Regenerescence

Les glucides sont des sucres indispensables au bon fonctionnement de notre organisme, et plus précisément des muscles et du cerveau : ils constituent la source d’énergie la plus rapidement utilisable par l’organisme. Les glucides font parties des trois macronutriments indispensables avec les lipides et les protides.

On distingue deux catégories de glucides :

  • Les « sucres simples », dits « oses » ou « monosaccharides » ne nécessitent pas de digestion et sont directement assimilables par l’organisme (fructose, glucose, galactose, mannose). On peut y inclure les « disaccharides » comme le lactose (1 galatose + 1 glucose) et le saccharose (1 glucose + 1 fructose). Les fruits et les légumes non amidonnés contiennent des glucides simples. Ce sont les sources de glucides à privilégier.
  • Les « sucres complexes » dit « polysaccharides » sont des chaînes de sucres qui nécessitent une digestion, pour récupérer les sucres simples et pouvoir les assimiler. Les plus connus sont l’amidon, la cellulose dans le règne végétal, et le glycogène dans le règne animal.

Les amidons ne constituent pas un aliment « spécifique » pour l’homme puisqu’il n’en consommerait pas si la cuisson n’existait pas. La cuisson est un « trucage », elle permet une alimentation de tolérance dans un climat auquel l’homme s’adapte. Lorsque nous consommons des amidons, et c’est trop souvent le cas dans notre société moderne pour la plupart des personnes, il est conseillé de privilégier des amidons de bonne qualité et dans leur forme la plus naturelle possible.

C’est pourquoi je recommande les « légumes amidonnés » (pomme de terre, patate douce, courges, châtaignes, etc.) qui ont en plus des bénéfices santé au regard de l’amidon résistant qu’ils contiennent (vu précédemment). Evitez au maximum les farines céréalières, notamment celles raffinées et donc incomplètes, les pâtes de blé, le riz blanc et autres produits transformées.

Il est également conseillé, au cours d’un repas, de ne pas mélanger les plusieurs sortent d’amidons comme des pommes de terre et du pain. Et si vous prenez du pain, privilégiez du pain au levain de qualité biologique avec dans l’idéal une seule farine pauvre en gluten ou exempt, afin que celui-ci soit le plus digeste possible.

Parmi les agents sucrants, on trouve différents types de sucres:

  • Les fruits frais : ils permettent, si consommés bien mûrs, de sucrer des préparations et des desserts crus, comme cette crème à la myrtille. De la même manière, un smoothie vert fait avec des fruits mûrs le rend très doux et agréable au palais !
  • Les fruits secs : les dattes sont d’excellents sucrants à elles seules, ou utilisées dans des préparations comme des boules d’énergie, pour sucrer une boisson végétale ou pour faire un caramel de dattes à déguster avec des quartiers de pommes ou dans un dessert.
  • Le miel, pour les non vegans est un sucrant naturel et cru (à prendre bio et local de préférence car certains miels des grandes surfaces sont trafiqués) reconnu pour ses propriétés médicinales ancestrales. Le miel est antimicrobien, antibactérien, antiparasitaire et cicatrisant, antioxydant (grâce à la présence d’acides phénoliques et de flavonoïdes), anticancer (augmente l’apoptose et diminue l’inflammation et le stress oxydatif), anti-diabétique.

Ces sucrants sont bruts, non transformés, à privilégier au maximum. Dans les fruits et les légumes, les glucides sont le mieux assimilées car elles ne sont pas dissociées des fibres, vitamines et minéraux. La présence de fibres est en effet un critère primordial (démontré scientifiquement) pour limiter une absorption trop rapide des sucres et donc limiter une augmentation soudaine de la glycémie.

Parmi les autres alternatives en produits sucrants, on trouve le sirop d’érable, le sirop d’agave, la mélasse, le rapadura et le muscovado, entre autres. Ces produits sont tous chauffés et extrait de leur milieu d’origine. On les limitera dans l’alimentation. Traditionnellement, le rapadura était obtenu par séchage à l’air libre du jus de canne à sucre puis tamisé. Si vous allez sur les îles, vous pourrez éventuellement en trouver de bonne qualité, comme trouver du jus de canne à sucre, un délice.

Le sucre de fleur de coco est une bonne alternative pour son faible index glycémique. Attention cependant, avec l’effet de mode autour du sucre de coco, on trouve de nombreux produits avec des qualités variées. On privilégiera un sucre de fleur de coco déshydraté à basse température et lentement pour conserver les qualités du produit cru et brut, avec les enzymes, support de l’énergie vitale qui nous est indispensable, et les micronutriments. Le sucre de coco est obtenu à partir de la sève du cocotier et est une excellente alternative aux sucres traditionnels, notamment pour les diabétiques. Comme tout sucrant extrait de son milieu d’origine, on en consommera avec parcimonie !

Nous vous proposons un excellent produit qui répond à ces critères sur notre boutique avec le sucre de fleur de cocotier cru de chez Coconut Secret.

Le nectar de fleur de cocotier est également une alternative au sirop d’érable et au sirop d’agave : naturellement sucrée, la sève de coco ne nécessite qu’un simple temps d’évaporation de l’eau pour s’épaissir et devenir un véritable nectar (45 minutes). En comparaison, la sève des érables, ainsi que celle de l’agave, nécessitent chacune entre 1 à 2 jours d’ébullition pour concentrer suffisamment la douceur de leur sève pour en faire un sirop sucré.

Pour conclure…

les glucides sont indispensables à notre organisme et doivent faire partie de notre alimentation. Le souci actuel, c’est que le sucre se trouve partout et sous forme raffinée. Sous cette forme, il est dépourvu de tout nutriment. Certaines personnes développent une réelle addiction au sucre. Des scientifiques ont découvert que le sucre raffiné crée une dépendance plus forte que la cocaïne. Les maladies de civilisation (diabète, problèmes cardio-vasculaire, obésité, cancers, etc.) sont liées à notre mode de vie mais également à la consommation excessive de sucre.

Consommer trop de sucre favorise l’acidification du terrain et le phénomène de déminéralisation. Vous augmentez également vos chances de développer une dysbiose intestinale (déséquilibre de la flore intestinale) et de favoriser une croissance excessive du fameux Candida Albicans, un champignon naturellement présent dans l’organisme mais qui en trop grosse quantité peut devenir pathogène et nous fragiliser.

Donc oui aux sucres, mais aux bons sucres !

The following two tabs change content below.

Sarah Juhasz

Ingénieur en génie biologique de formation, Sarah se passionne pour le sport avec notamment la course à pied. Suite à une blessure sportive, elle intègre la philosophie naturopathique, la méditation et le yoga dans son quotidien tout en transitionnant vers une alimentation végétale à forte tendance crue. Au fil des réflexions, des voyages, des rencontres, et de son cheminement intérieur, elle ne trouve plus de sens à son emploi pour une grande entreprise américaine. Elle se forme alors en cuisine végétale au sein d'une école américaine et entreprend des études de naturopathie au sein de l'Institut Supérieur de Naturopathie créé par Alain Rousseaux en étroite collaboration avec Pierre Valentin Marchesseau. Passionnée par l'humain, elle souhaite rendre la santé naturelle accessible à tous, éduquer et accompagner simplement et efficacement toute personne désireuse de retrouver son autonomie dans la gestion de sa santé. Elle est aujourd’hui auteure du livre « Ma bible de la naturopathie spéciale alimentation végétale crue » aux éditions Leducs, et sophrologue-relaxologue.

Derniers articles parSarah Juhasz (voir tous)

0 réponses

Répondre

Vous désirez rejoindre la conversation?
Nous vous invitons à y contribuer!

Laisser un commentaire