Blog - A la une

Cet article a été rédigé et proposé par notre partenaire officiel Dr Raphaël Perez

Traitements médicamenteux chroniques, chimiothérapie anticancer, vaccins, leur toxicité représente souvent une source d’inquiétude pour vous ou pour vos proches. « Comment réduire la toxicité d’une chimiothérapie anticancer ? », « comment protéger mon corps des effets secondaires de mes traitements chroniques (paracétamol par exemple) ? » ou encore « Comment se protéger de la toxicité des vaccins ? » Je reçois régulièrement ce genre de questions qui illustre cette inquiétude.

Ce sont généralement les vaccins et les chimiothérapies anticancer sont ceux qui suscitent le plus d’inquiétude en raison de leur toxicité.

 

Un problème d’intoxication
La toxicité des traitements ne fait aucun doute puisqu’elle source d’effets secondaires. Elle peut également rendre malade une personne bien-portante. Mais bien plus que les traitements, c’est l’intoxication globale de l’organisme qui pose problème.
Pesticides, additifs alimentaires, solvants, vaccins, métaux lourds…, depuis plusieurs décennies, l’exposition aux substances toxiques est devenue omniprésente. Et il faut ajouter à cela, certains champs électromagnétiques qui perturbent le fonctionnement des cellules et augmentent ainsi l’effet toxique de ces nombreux polluants.

Le corps humain lutte naturellement contre ces substances pour s’en protéger. Il est même très bien équipé pour cela, avec des organes excréteurs puissants pour les neutraliser et les éliminer. Ce sont principalement le foie, les reins et les poumons qui se trouvent en première ligne pour protéger l’organisme.

Quand ces trois organes majeurs n’arrivent plus à gérer efficacement les différentes substances toxiques, les troubles apparaissent. C’est aussi à partir de ce moment que les effets indésirables des traitements sont plus présents et qu’ils peuvent devenir invalidants.

Alors comment peut-on limiter ou éviter les troubles induits par leur toxicité des traitements ? Cela passe par l’alimentation et aussi par l’activité d’une petite molécule indispensable à notre santé, le glutathion.

 

L’alimentation pour des fondations solides
L’alimentation peut aussi bien renforcer ou affaiblir l’organisme. Le choix des aliments permet déjà de réduire l’exposition à la pollution alimentaire. La digestion est également essentielle. Privilégier des repas simples, avec des mélanges alimentaires faciles à digérer, réduit considérablement la surcharge intestinale. Cette réduction est amplifié par une organisation alimentaire sur la journée adaptée à sa capacité digestive ; par exemple en évitant de manger des céréales à tous les repas.

Grâce à une meilleure digestion, le système digestif est beaucoup moins encombré. L’intestin préserve mieux son intégrité et les substances toxiques pénètrent moins dans l’organisme. Les organes excréteurs s’en trouvent soulagés. Cela ne fait pas tout ! Mais votre corps se trouve déjà dans de bien meilleures dispositions pour lutter efficacement contre l’effet toxique des traitements et des vaccins.

 

La puissance de l’allègement alimentaire
L’allègement alimentaire renforce les effets positifs de l’alimentation du quotidien. Il réduit fortement le surmenage hépatique et rénal d’origine alimentaire. Les capacité de l’organisme à se détoxifier augmentent, en neutralisant et en excrétant plus efficacement les substances toxiques.

Le jeûne s’avère d’une très grande efficacité. Il est particulièrement puissant. Quand il associé à la chimiothérapie anticancer, il atténue les effets secondaires du traitement et peut même les faire disparaître. Pour les traitements chroniques, l’allègement alimentaire est préférable au jeûne.

Un simple allègement alimentaire est toujours bénéfique. Mais plus il est important, plus il devient efficace. Ainsi, quelques jours de diètes à base de fruits et de légumes, une monodiète variée ou encore une cure de jus de légumes donne de très bons résultats pour contrer la toxicité ponctuelle des traitements ou pour récupérer plus rapidement après un traitement. Avec des traitements chroniques, il faut répéter les cures alimentaires allégées pour favoriser la récupération de l’organisme.

Dans le cas d’une vaccination, l’injection de nanoparticules de métaux lourds et d’une forte dose d’aluminium peut endommager des organes et totalement submergé temporairement la capacité excrétrice du corps. Pour un maximum de protection, il est important de soutenir la capacité détoxifiante du foie. Dans les traitements chroniques comme dans les traitements lourds, ce soutien peut aussi être d’une grande efficacité.

 

L’importance des excréteurs
L’affaiblissement ou le surmenage chronique d’un seul des organes excréteurs majeurs a de nombreuses répercussions sur l’état de l’organisme, avec l’apparition de maladies d’élimination ou d’encrassement. Parmi les grands excréteurs, le foie est le plus important. C’est le filtre majeur de l’organisme. Il possède la capacité de neutraliser les substances toxiques pour les rendre beaucoup moins toxiques. Il possède aussi une très grande capacité d’excrétion. Et Il modifie la solubilité des toxines pour qu’elles soient plus facilement excrétées par les reins.

Le foie possède une substance particulièrement importante pour réaliser le processus de détoxification. Il s’agit du glutathion.

 

Qu’est-ce que le glutathion ?
Le glutathion est un antipoison. C’est une petite protéine qui joue un rôle majeur dans la détoxification cellulaire et dans protection globale de l’organisme, au niveau du foie. Il protège notre corps de nombreuses substances très toxiques telles que les pesticides, le benzène, les métaux lourds ou encore des produit carcinogènes. Le glutathion est notre bouclier protecteur.

 

Entre génétique et pollution excessive
Les limites du glutathion sont principalement liées à la génétique et à la pollution. Notre capacité de production du glutathion dépend de notre génétique. Avec la pollution environnementale actuelle, les personnes ayant une faible capacité génétique de production du glutathion sont déjà fragilisées.

Une exposition importante à la pollution mobilise beaucoup d’antioxydants et de glutathion pour y faire face. Une alimentation riche en antioxydants limite la diminution du taux de glutathion en contribuant à son recyclage et en lui permettant d’être efficace plus longtemps. Mais lorsque le taux de glutathion est vraiment faible, une alimentation riche en antioxydants n’est plus suffisante, tout du moins à court terme, pour préserver le corps efficacement de la toxicité des traitements.

Votre taux de glutathion est probablement déjà faible avec :

  • une alimentation industrielle depuis des années ;
  • une consommation régulière d’alcool et/ou de tabac ;
  • une consommation régulière de médicament à base de paracétamol ;
  • une intoxication au métaux lourds ;
  • une cirrhose, un foie gras ou des marqueurs hépatiques en augmentation ;
  • une chélation aux métaux lourds sans amélioration ;
  • un traitement chronique établi depuis des mois ou des années ;
  • une chimiothérapie sans accompagnement spécifique sur l’alimentation et la détoxification
    du corps ;
  •  un état de sensibilité ou d’allergie à de nombreux produits (plantes, cosmétiques, etc.).

Dans toutes ces situations, un soutien à base de glutathion peut s’avérer bénéfique. Cela s’accompagne bien évidemment avec une prise en charge de votre hygiène de vie pour renforcer le potentiel d’auto-guérison de votre corps avec l’adoption d’une alimentation plus adaptée à votre capacité digestive et des cures alimentaires allégées ou de jeûne, quand cela est possible.

 

Voir le discours en vidéo

–  Dr. Raphäel Perez

Raphaël Perez, docteur en pharmacie et coach de santé naturelle, enseigne la manière de libérer son potentiel d’auto-guérison. Conférencier et auteur de plusieurs ouvrages sur l’alimentation et la santé naturelle, son enseignement dépasse les frontières. Il crée sa propre méthode, synthèse des différentes approches auxquelles il s’est formé (nutrition, jeûne, PNL, gestion du stress et des émotions, communication avec soi et avec les autres, sophrologie).

Il développe un accompagnement à distance très performant. En 10 ans d’expérience, il est devenu un spécialiste du coaching à distance de santé naturelle. Il a suivi en coaching personnel plus de 3 000 personnes résidant en France, dans les DOT-TOM et dans 17 pays.

Visitez son site web officiel : www.drraphaelperez.fr 

The following two tabs change content below.

Joannie

Joannie carbure au kombucha, au yoga et… aux câlins de ses chats! Curieuse de nature, elle tend vers un art de vivre plus éthique et sain. Amoureuse du vivant et militante en faveur du bien-être animal, elle a adopté un mode de vie végane il y a quelque temps. Rédactrice et stratège Web, elle a l’œil pour dénicher les plus récentes tendances et vous les présenter.
0 réponses

Répondre

Vous désirez rejoindre la conversation?
Nous vous invitons à y contribuer!

Laisser un commentaire

Centre de préférences de confidentialité

      Necessary

      Advertising

      Analytics

      Other