Blog - A la une

Sarah Juhasz est naturopathe, diplômée de l’Institut Supérieur de Naturopathie (ISUPNAT) et se définit elle-même comme passionnée par « la santé, le bien-être, l’alimentation, le sport, la nature, la culture, la photographie, les voyages » et bien plus encore. Elle livre ses conseils dans l’exercice de sa profession, anime des ateliers de cuisine pour des particuliers et des entreprises et s’exprime sur la toile (liens en fin d’article).

En ce début de printemps, interrogeons-nous sur ces cures d’intersaisons dont nous entendons tant parler !

 

Qu’est-ce qu’une cure dépurative ?

En cette période de sortie d’hiver et d’entrée dans le printemps, il est intéressant de faire une petite cure dépurative. Cette cure faisait partie des mœurs de nos grands-parents, arrière-grands-parents et plus lointains ancêtres, dans une optique de prévention et de maintien de la santé. Cette cure dépurative, que nous devrions tous faire, vise à nettoyer le sang. Or, quel est l’organe qui filtre le sang ? Le foie !
En hiver, on a tendance à manger plus gras et plus salé (charcuteries, fromages, repas de fêtes avec Noël, l’Epiphanie, la Chandeleur, etc.). Si on veut pouvoir bénéficier de toute l’abondance que la terre commence à nous offrir au printemps avec l’arrivée des fruits et légumes frais, un petit nettoyage de l’organisme et du foie notamment s’impose.

 

Où se situe notre foie ? Comment le localiser ?

Notre foie est un organe indispensable à notre organisme, actif 24 heures sur 24, tout au long de notre vie. Il est situé sous le diaphragme, côté droit et traverse la cavité abdominale sur toute sa largeur. Il pèse 1,4 kg en moyenne et est constitué de quatre lobes : le droit et le gauche visibles de la face antérieure, le lobé et le codé visibles de la phase postérieure. Il reçoit le sang oxygéné de l’artère hépatique en provenance du cœur, et reçoit la quasi-totalité du sang en provenance du tube digestif (via la veine porte), qu’il va filtrer afin de neutraliser certaines substances toxiques pour éviter qu’elles ne gagnent la circulation générale.
En plus de cette fonction essentielle qu’est la fonction de détoxification, le foie assure :

– le stockage des vitamines liposolubles (A, D, E K), d’une partie du glycogène, du fer, du cuivre et de la vitamine B12 ;

– la répartition des nutriments issus de la digestion via leur envoi dans la circulation générale ;

– la synthèse de la plupart des protéines du sang, du cholestérol, l’activation de la vitamine D notamment ;

– la production de la bile pour la digestion des graisses ;

– la décomposition de nombreuses hormones, entre autres.

 

Quels sont les signes d’un foie paresseux nous indiquant qu’il est temps de faire quelque chose pour lui ?

Certains signes peuvent effectivement vous faire dire que le foie a du mal à assurer toutes ses fonctions, par exemple :

 

– des selles mal moulées, grasses, colorées ;

– de la constipation (liée à une mauvaise synthèse ou évacuation de la bile) ;

– la langue chargée, l’haleine acétonique ;

– de l’œdème sur les paupières supérieures ;

– des cernes très prononcés ;

– le blanc de l’œil plus ou moins jaune, idem pour la paume des mains et la peau ;

– l’envie de dormir après le repas ;

– des nausées, des vomissements, avec une sensation de lourdeur au niveau du ventre et des intestins ;

– de l’asthénie (fatigue intense) ;

– des hémorroïdes ;

– de l’inflammation et de la fièvre ;

– des problèmes hormonaux (les hormones tournent en boucle, car le foie a du mal à les prendre en charge pour les éliminer) ;

– un surpoids ou un problème d’obésité ;

– des rhino-pharyngites et des sinusites récidivantes, etc.

 

Y a-t-il un danger à faire une détox si le corps est trop faible ?

Effectivement, en naturopathie, on distingue « faire de l’hygiène de vie », de « faire une cure de détoxification ». Tout le monde peut faire de l’hygiène de vie (alimentation physiologique, sommeil suffisant, activité physique modérée régulière, contact quotidien avec la nature, etc.). Mais tout le monde ne peut pas faire une cure de détoxification : il est nécessaire d’avoir suffisamment d’énergie vitale, car il faut suffisamment d’énergie pour permettre à l’organisme de faire sortir les déchets remis en circulation par les émonctoires (après s’être assuré que ces « portes de sortie » sont bien ouvertes pour éviter une auto-intoxication). C’est pourquoi il convient de réaliser une cure établie par un naturopathe en fonction de son tempérament, de sa constitution et de sa vitalité du moment. Toute technique ne doit pas être utilisée de manière isolée, mais choisie rigoureusement et insérée dans le cadre d’une cure où d’autres techniques seront conseillées en synergie.

Dans les magasins bio fleurissent actuellement des offres promotionnelles pour la « détox » du foie : desmodium, radis noir, sève de bouleau, pissenlit, aubier de tilleul, piloselle… Aurais-tu quelques repères à nous apporter ?

Comme chaque individu est unique, chaque affinité avec une plante sera différente en fonction de la personne. Il est donc intéressant de voir vers quoi la personne est attirée. Sans trop mentaliser, le corps sait normalement ce dont il a besoin. Si on hésite encore, voici quelques informations :

– L’aubier de tilleul est un bon dépuratif, qui est utilisé pour détoxifier le foie, mais pas seulement. Il est utile dans tous les problèmes d’accumulation de déchets dus à la vie moderne : c’est un bon draineur de l’organisme qui s’occupe de remettre en état de fonctionnement les principaux émonctoires de l’organisme. Il est préférable d’utiliser directement le bois plutôt que les ampoules et de réaliser une décoction : pour cela, pesez 40 g d’aubier de tilleul en bâtonnets et faites bouillir dans un litre d’eau froide pendant 20 minutes à découvert. Au bout de 20 minutes, retirez du feu et laissez reposer pendant 20 minutes. Filtrez si nécessaire et buvez la préparation obtenue (de couleur rouge brun) dans le courant de la journée. Si le goût boisé, mais non amer, est trop prononcé pour vous, vous pouvez ajouter un peu de jus de citron fraîchement pressé. Attention aux personnes sujettes à l’hypotension.

– La sève de bouleau, originaire des régions nord plutôt froides, est récoltée directement par l’écorce entre fin février et début mars lorsque la sève remonte. À ne pas confondre avec le jus de bouleau qui n’est qu’une décoction de feuilles de bouleau. Les vertus de la sève de bouleau sont reconnues depuis des millénaires. C’est un excellent drainant de l’organisme qui va agir au niveau du foie et des reins. Son avantage : en plus de drainer, la sève fortifie l’organisme et a une action reminéralisante. Elle convient donc aux personnes fatiguées. Choisissez une sève de bouleau de qualité bio, origine France, la plus fraîche et la plus pure possible. Il est conseillé de faire une cure de 21 jours à raison de 250 ml par jour à jeun tous les matins, soit 5 litres au total.

– Le desmodium, originaire des régions tropicales et équatoriales d’Afrique, est un excellent hépatoprotecteur et néphroprotecteur. Il permet la régénération des hépatocytes (cellules du foie). Par son activité sur les poumons, il est intéressant dans le cas de personnes allergiques (allergies respiratoires de type asthme et allergies alimentaires). Le desmodium est déconseillé chez la femme enceinte et allaitante et chez les enfants.

– Le radis noir, originaire du bassin méditerranéen et aujourd’hui cultivé sous presque tous les climats, contient des flavonoïdes et du raphanol, ainsi que des glucosinolates pouvant se transformer en principes actifs, comme le sulforaphane, induisant lui-même les enzymes de détoxication de la phase II du foie (cette phase II permet de transformer les composés toxiques issus de la phase I en composés non toxiques pour élimination). Sa consommation permet donc d’optimiser les fonctions de détoxication du foie. Je recommande de coupler l’utilisation du radis noir et celle du desmodium, sous forme d’extraits de plante standardisés (EPS) qui contiennent une quantité spécifique de principes actifs et possèdent une pureté optimale. 1 càc de chacun à prendre en dehors des repas, diluée dans un grand verre d’eau. Le radis noir est contre-indiqué dans le cas de lithiases biliaires avérées.

– La piloselle, originaire des régions tempérées d’Asie, s’est rapidement propagée en Europe, en Afrique et en Amérique du Nord. Les vertus de la piloselle sont reconnues depuis le moyen âge avec Hildegarde de Bingen, célèbre religieuse considérée comme la première naturaliste d’Allemagne qui décrit dans son œuvre Physica (1151-1158) près de 300 plantes. La piloselle possède des propriétés diurétiques importantes, c’est-à-dire qu’elle favorise l’élimination des déchets acides et des sels par les urines. Pour une détoxification hépatorénale, on peut conseiller de faire préparer le mélange d’extraits de plante standardisés (EPS) suivant en pharmacie : 1/3 d’EPS Radis noir + 1/3 d’EPS Piloselle + 1/3 d’EPS Artichaut. Prenez 1 càc deux fois par jour, pendant 21 jours.

L’ensemble de ces techniques naturelles proposées sont à intégrer dans le cadre d’une cure naturopathique adaptée à votre tempérament en fonction de votre énergie vitale disponible et des réformes d’hygiène de vie prioritaires identifiées par un naturopathe. Elles ne sont pas à prendre toutes en même temps, leur utilisation se veut réfléchie.

 

Quelles autres techniques peuvent être utilisées en complément ?

Afin d’aider le corps à éliminer dans cette phase de détoxification, on peut recommander l’utilisation du sauna, qui aura un rôle dépuratif du sang. Le sauna traditionnel à chaleur sèche est très efficace s’il est pratiqué selon un protocole naturopathique bien précis, décrit par Alain Rousseaux, célèbre naturopathe, dans son livre Retrouver et conserver sa santé par le sauna. Il est recommandé d’y associer un drainage naturopathique comme pratiqué dans deux centres uniques en France : « Le centre tout naturellement » à Paris et le centre « Naturôme » à Bordeaux. Le sauna à infrarouge peut également convenir s’il est lui aussi correctement pratiqué.

Au quotidien, on peut pratiquer le brossage à sec afin de stimuler le système lymphatique. La lymphe, réseau parallèle au sang, évacue 75 % des déchets de nos cellules. On comprend alors pourquoi il est important que la lymphe soit propre afin que toutes les fonctions physiologiques liées puissent correctement fonctionner.

L’exercice physique est une technique fondamentale en naturopathie pour de multiples raisons : il permet, entre autres, l’accélération de la circulation des liquides internes (sang, lymphe et différents sérums) et l’augmentation de la vitalité. Eh oui, le muscle est un support de vitalité. Pratiquez une activité physique modérée quotidienne, en commençant par la marche et/ou par une activité ludique qui amène le plaisir. Le trampoline est une activité sympathique et très efficace qui permet de stimuler le système lymphatique, d’oxygéner les cellules (et d’éliminer également par la respiration) et de renforcer les articulations et le système cardiovasculaire. Certaines postures de yoga, notamment les postures de torsions, peuvent être intéressantes, ainsi que la pratique quotidienne de fausses inspirations thoraciques afin d’assouplir le diaphragme et d’éviter qu’il n’appuie sur le foie.

L’alimentation est elle aussi la base : le foie et le pancréas sont liés. Quand l’un est épuisé, l’autre est sursollicité et risque lui aussi l’épuisement. Les jus de légumes fraîchement faits à l’extracteur sont le meilleur moyen de régénérer un pancréas et donc un foie. Ils permettent à la fois d’aider à éliminer les déchets en drainant les tissus et les liquides cellulaires, et à revitaliser l’organisme par un apport de vitamines et de minéraux directement assimilables. Ils sont également nutritifs et permettent indirectement de limiter les quantités d’autres aliments. Les jus de légumes sont à varier selon les effets recherchés, et à savourer. Les crudités, source de cette énergie de la vie dont nous avons besoin, ne sont pas toujours acceptées par tous les organismes. Les jus de légumes conviennent quant à eux à tout le monde, sans inconvénient, même aux personnes ayant des intestins fragilisés, ou simplement des difficultés à digérer dû à la faiblesse du couple
foie-pancréas.

 

D’une manière générale, évitez tous les sucres raffinés, les graisses raffinées et transformées, l’alcool, le tabac, les pesticides, les médicaments (en particulier les antibiotiques), les contraceptifs oraux, etc. Buvez suffisamment d’eau dans la journée, de préférence de qualité peu minéralisée. Favorisez une alimentation biologique et non traitée, 100 % naturelle. Mangez en quantité raisonnable en écoutant votre corps. Mastiquez bien et prenez vos repas dans un endroit calme. Si vous ressentez des émotions fortes, de type colère ou tristesse, décalez votre prise alimentaire à plus tard lorsque le calme intérieur sera revenu.

 

Quels types de compléments alimentaires / plantes pour quel type d’individu ?

Là encore, il est conseillé de consulter un naturopathe qui saura proposer les bons compléments alimentaires si des réformes d’hygiène de vie ne sont pas suffisantes. Il est important de noter que les compléments alimentaires ne sont que des « béquilles » à utiliser ponctuellement. L’usage de compléments alimentaires ne doit pas être la priorité, doit être choisi rigoureusement en évitant d’en associer plus de deux ou trois en même temps. Un naturopathe pourra éventuellement recommander une cure de spiruline crue pour les sportifs ou les personnes anémiées, une cure d’argile pour les personnes souffrant de dysbiose intestinale, de la L-glutamine pour les personnes présentant une porosité intestinale, de la réglisse, des probiotiques et un régime alimentaire spécifique dans le cas de candidose chronique, du sérum de quinton (plasma marin) pour les personnes fatigués et déminéralisées, du lithothamne pour les personnes acidifiées ou nécessitant un apport de calcium végétal, etc.

D’une manière générale, assurez-vous d’avoir un bon apport en vitamines du groupe B et en minéraux (dont zinc et magnésium, deux cofacteurs enzymatiques majeurs).

 

Un citron pressé le matin à jeun, bonne ou mauvaise idée ?

Comme nous le disions plus haut, chaque individu est différent. Le citron est un aliment acide. Pour certains, le citron pressé du matin aura un effet basifiant sur l’organisme, pour d’autres un effet acidifiant. Il convient donc là encore d’individualiser. En naturopathie, la morphologie permet d’avoir une idée de comment réagira la personne. Les tempéraments « sanguins », des gens physiquement robustes, au teint vif, ne craignant pas le froid et ayant un bon coup de fourchette et une bonne capacité digestive, supporteront le citron. En revanche, les tempéraments « neuro-arthritiques », des gens physiquement plutôt fins, de nature frileuse, mentalisant beaucoup et ayant une faible capacité digestive, auront plus de mal à métaboliser correctement l’acidité du citron.

 

Si on ressent une douleur dans la région du foie / de la vésicule biliaire, peut-on aider nos organes en faisant des automassages ? As-tu des huiles essentielles (HE) à préconiser pour le faire ?

Oui, il est tout à fait possible de se faire des automassages, et c’est même recommandé.

Pour le foie, en application externe, on pourra recommander de mélanger une goutte d’HE de romarin à verbénone, une goutte d’HE d’estragon et une goutte d’HE de menthe poivrée. Massez la région du foie, deux fois par jour.

L’application d’une bouillotte chaude sur le foie aide également puisque le foie est un organe dit « chaud » dont la température optimale est de 40 °C. Le chaud attire également les liquides, aidant au drainage.

 

Dans quels cas consulter un ostéopathe viscéral pour aider ces organes ?

Les ostéopathes spécialisés en ostéopathie viscérale sont, à mon sens, les plus utiles dans la majorité des pathologies modernes, et c’est une approche dite « douce » ou « d’écoute ». L’ostéopathe, suite à une anamnèse, va investiguer les organes (foie, cœur, reins, etc.), les viscères (estomac, intestin grêle, etc.), et également les membranes en rapport avec les muscles et viscères du corps humain que l’on appelle les fascias.

L’ostéopathe va poser les mains sur le corps du patient au niveau de l’organe à tester. Celles-ci enregistrent un ensemble d’informations qui lui permettent d’identifier de façon précise le contexte viscéral sur lequel il doit intervenir : une adhérence, une ptôse ou un viscéro-spasme. La force utilisée pour atteindre cet objectif doit toujours être fine, précise et « intelligente ». Plus l’ostéopathe agit en douceur, plus il agit en profondeur.

 

De nombreux troubles peuvent trouver leur origine au niveau viscéral :

 

  • Cervicalgies, dorsalgies ou lombalgies
  • Maux de tête
  • Constipation
  • Diarrhée
  • Ballonnements
  • Flatulences
  • Douleurs abdominales
  • Séquelles de chirurgie
  • Séquelles de pathologie
  • Brûlures d’estomac
  • Reflux gastro-œsophagien
  • Anxiété – stress
  • Latéroversion utérine

 

Merci à Sarah pour ce partage riche J !

 

Son site professionnel : http://www.sarahjhz.com/

Son blog http://www.pimpmegreen.com/

Lien vers l’ensemble de ses médias sociaux : https://linktr.ee/sarahjhz

The following two tabs change content below.

Cécile

Cécile est une passionnée qui aime explorer des univers et qui utilise la communication sur le web comme un outil cosmique. Savoyarde d'adoption, elle aime les grands espaces qui donnent à la fois une impression d'infini et font se sentir comme poussière d'étoile dans l'univers. Elle aime rencontrer des personnes et écouter ce qui les fait vibrer. Parée au décollage !
1 réponse
  1. rej11
    rej11 dit :

    C’est article est parfait ! Magnifique!
    Voila un discours très pro. J’ai pu décrypté mes erreurs, les corriger et je n’ai plus qu’à m’en remettre à un naturo -pro pour un menu à la carte. Je suis venue à cet article pensant aller vers un ” portrait de la personne” donc un peu par hasard alors que je viens de potasser les vidéo de Thierry Casasnovas sur le foie. Je suis mon fil, je suis mon foie !!! Il doit surement me demander de le chouchouter. Je crois que je vais l’écouter. Merci à Sarah Juhasz et à Cécile pour la pertinence de l’article

Répondre

Vous désirez rejoindre la conversation?
Nous vous invitons à y contribuer!

Laisser un commentaire