Blog - A la une

Saviez-vous que la malbouffe, le surpoids, les sucres raffinés et la sédentarité notamment, peuvent entrainer ce que l’on appelle le NASH, soit « Non Alcoholic Steato Hepatitis », autrement dit stéatohépatite non alcoolique. Mais qu’est-ce donc que ce charabiat médical ? En gros, il s’agit de la maladie du « foie gras » : le foie est malade car il est surchargé en graisses. Une surcharge non due à la consommation d’alcool mais bien au régime alimentaire et aux critères énoncés plus haut ! On parle donc de cirrhose graisseuse en opposition à la cirrhose alcoolique. Le diabète et l’insulinorésistance peuvent aussi en être des causes.

Ce qui est fou, c’est que cette maladie est silencieuse, sans symptôme, dégradant insidieusement le foie. On estime que le foie peut assurer ses fonctions, même franchement abîmé : « un foie détruit à 80 %, continue à assurer la presque totalité de sa besogne. Mais, malade à 81 %, c’est tout le corps qui meurt » indique le docteur Philippe Montereau. Et un français sur 3 serait touché. Une des complications de cette maladie peut être le cancer du foie.

Le foie situé sous la cavité abdominale à droite, est la glande la plus volumineuse de l’organisme.  Le foie est une véritable usine, indispensable au bon fonctionnement de l’organisme sur des fonctions diverses et variées. Il contribue entre autres à l’épuration des déchets, la neutralisation des hormones, la destruction des globules rouges et blancs vieillis. Il contribue également à la synthèse des glucides, des lipides et de certaines protéines. Et enfin, c’est un organe de stockage (vitamine A, D, E, K, B12, mais aussi fer, cuivre, glucose).

Pour les personnes atteintes de stéatose hépatique, le transport des graisses par les cellules hépatiques est perturbé. Des quantités accrues de graisse sont éliminées du sang et produites par les cellules du foie, et insuffisamment sont exportées par les cellules. En conséquence, la graisse s’accumule dans le foie. Il existe un déséquilibre entre l’absorption des graisses et leur oxydation et évacuation.

 

Source

 

Comment faire pour éviter l’apparition de cette maladie ?

  • Réduire l’inflammation cellulaire en nettoyant le terrain, notamment à l’aide de jeûne, de purges, de monodiète pour perdre du poids et consommer les graisses en excès ; et on favorise une bonne flore intestinale (nous avions évoqué ce sujet dans un précédent article) ;
  • On nettoie les intestins avec une irrigation du côlon, et éventuellement des lavements maison si besoin ;
  • Manger sainement : une alimentation vivante, hypotoxique. On supprime le pain, les pâtes, le riz, les céréales, le sucre raffiné, et tous les produits transformés. On fait de plein de vivant : du végétal en quantité (fruits, légumes, oléagineux), des graines germées, des algues et des œufs pour les bonnes protéines, des jus de légumes pour une nutrition accrue sans consommation d’énergie digestive ;
  • On s’active : une marche active en pleine air de 30 minutes par jour suffirait à s’activer ! L’activité physique idéale au quotidien couplerait un peu de cardio, du renforcement musculaire et du yoga pour la souplesse des muscles et de la colonne vertébrale. 
  • On respire pleinement, en conscience : ainsi, notre respiration et le mouvement du diaphragme et de la cage thoracique va venir masser le foie, comme pour le « presser » et ainsi l’aider à se nettoyer. D’autres exercices de yoga peuvent aider.
  • On utilise des plantes pour aider les phases de détoxification du foie, et des hépatoprotecteurs.
  • On gère nos émotions : en médecine chinoise traditionnelle, la colère est associée au foie. On apprend à gérer sa colère et on la fait sortir. Des relations saines, et une atmosphère joyeuse est indispensable à la bonne santé !

Personne n’est à l’abri de ce syndrome NASH. Le mode de vie est primordial, et le bonus c’est que ce nouveau mode de vie n’est absolument pas contraignant. Il faut juste réapprendre quelques bases !

A vous d’agir pour votre santé !

 

The following two tabs change content below.

Sarah Juhasz

Ingénieur en génie biologique de formation, Sarah se passionne pour le sport avec notamment la course à pied. Suite à une blessure sportive, elle intègre la philosophie naturopathique, la méditation et le yoga dans son quotidien tout en transitionnant vers une alimentation végétale à forte tendance crue. Au fil des réflexions, des voyages, des rencontres, et de son cheminement intérieur, elle ne trouve plus de sens à son emploi pour une grande entreprise américaine. Elle se forme alors en cuisine végétale au sein d'une école américaine et entreprend des études de naturopathie au sein de l'Institut Supérieur de Naturopathie créé par Alain Rousseaux en étroite collaboration avec Pierre Valentin Marchesseau. Passionnée par l'humain, elle souhaite rendre la santé naturelle accessible à tous, éduquer et accompagner simplement et efficacement toute personne désireuse de retrouver son autonomie dans la gestion de sa santé. Elle est aujourd’hui auteure du livre « Ma bible de la naturopathie spéciale alimentation végétale crue » aux éditions Leducs, et sophrologue-relaxologue.

Derniers articles parSarah Juhasz (voir tous)

0 réponses

Répondre

Vous désirez rejoindre la conversation?
Nous vous invitons à y contribuer!

Laisser un commentaire