Blog - A la une

michelnature4

Voici le témoignage de Michel Nature au sujet de la maladie auto-immune qui l’a affecté en 2008 et 2009. Aujourd’hui, sa santé est excellente et il est redevenu un athlète confirmé de VTT. Il est toujours crudivore à 100 %, et après être resté pendant plusieurs années crudivore en mode végétalien-hypolipidique 80/10/10, il s’est désormais tourné vers un crudivorisme plutôt de type “paléo” que frugivore… Michel a créé le blog Michel Nature.

« En 2008, j’avais 33 ans et j’avais déjà abusé mon corps de manière phénoménale : en effet, je courrais des ultra-marathons les week-ends, m’entraînais au moins une douzaine d’heures par semaine, avais un emploi de chef d’équipe dans une multinationale, et tentais de concilier ces activités avec ma vie de famille : deux enfants en bas âge et la construction d’une maison, le tout en dormant 6 heures par nuit. Je surfais sur la vague de mon succès financier approuvé par le monde moderne et l’hyperstimulation continuelle de tous mes sens ne me laissait pas percevoir les dégâts du burn-out physique et mental qui se préparait. Pour être franc, j’avais au fond de moi-même une petite voix qui m’indiquait la folie de ce que je faisais, à laquelle je répondais toujours : « OK, mais j’y arrive, alors pourquoi ne pas continuer ? » J’ai toujours aimé les défis, et en faire toujours plus — plus que tout le monde que je connaissais — me transcendait. Jusqu’au jour où il a fallu que mon corps lui-même me stoppe net sans crier gare. C’était à la fin d’un entraînement de course à pied de 40 km, en allant au travail : une douleur intense dans mon articulation sacro-iliaque gauche. Brutalement je fus forcé à la marche et je boitais.

Le médecin du sport que je consultai m’affirma qu’il savait exactement l’origine de ma blessure et qu’avec les exercices de kiné qu’il me prescrivait je serai d’aplomb en deux mois. Cool, j’étais dans une mauvaise posture — la fatalité — mais toujours dans le contrôle. Il me fallait juste un peu de patience… Sauf que le médecin avait tort : les exercices n’aidaient quasiment pas et mon mal passa du sacro-iliaque gauche vers le droit ! Puis des douleurs du type « sciatique » apparurent. Et ma colonne vertébrale se rappelait à moi elle aussi avec de fortes douleurs dans le bas du dos et au niveau de la nuque. Qui plus est, la nuit, au moment où je voulais tomber dans les bras de Morphée en relaxation totale, j’avais des spasmes musculaires qui réveillaient mes douleurs de façon extrême. Sans compter que mes côtes me faisaient mal lorsque j’inspirais fortement. Il fallut que j’en arrive à ce point pour enfin commencer à m’inquiéter de mon état. Je doutais. Je cherchais à comprendre. En recherchant ces symptômes sur Internet, je m’auto-diagnostiquais : ma maladie était une spondylarthrite ankylosante (ou SPA). Un examen sanguin et une consultation chez un rhumatologue le confirmaient. La médecine conventionnelle, impuissante pour résoudre la cause, me prescrivait des antidouleurs pour le restant de ma vie, une situation que je refusais catégoriquement. Je ne pouvais accepter l’idée qu’à 33 ans je doive débuter une nouvelle vie, celle d’un handicapé. Car je boitais à la manière des rescapés de la polio et chaque pas me faisait mal…

Ayant converti mon temps d’entraînement en temps de recherche sur ma condition et sur la nutrition — une branche de la santé qui m’avait toujours attirée pour augmenter mes performances sportives —, je découvris l’alimentation vivante et le crudivorisme par le livre Le Régime 80/10/10 de Graham Douglas qui existe désormais en français. Et je profitais d’une période de deux semaines où ma femme et mes enfants étaient en voyage pour tester ce type d’alimentation. Les premiers bénéfices étant si spectaculaires (douleurs diminuées de moitié, digestion légère, acuité mentale incroyable, impression d’être vraiment moi-même pour la première fois de ma vie, etc.), je décidais de continuer une fois ma famille revenue. Petit à petit, les progrès continuaient et mes recherches continuelles me motivaient à effectuer un jeûne hygiéniste. En 2009, je fis donc un jeûne à l’eau de 24 jours. Il me fit perdre une dizaine de kilos et j’en sortais bien entendu diminué physiquement, mais grandi spirituellement, bouillonnant d’idées et de projets personnels, et guéri de ma spondylarthrite. Il me fallut plus d’un an pour reprendre mon poids d’avant le jeûne et l’activité physique. Je recommençais à pédaler et courir, même si je ne me sentais pas en pleine possession de mes moyens (j’étais loin de mes performances du passé). Je revivais en tout cas. Les réflexions intenses de mon jeûne me firent décider, avec ma femme, de quitter nos vies modernes de citadins pour embrasser une vie moins stressante, plus proche de la nature. Il nous fut très difficile de franchir le pas, car le confort de la société de consommation est immense. Mais nous y parvînmes après avoir suivi un Cours Certifié de Permaculture (CCP) et en 2012 nous achetions un grand terrain dans un petit village campagnard et recommencions nos vies.

Aujourd’hui nous pouvons dire que nous nous sommes totalement adaptés à notre nouveau lieu de vie. La vie y est tellement plus riche même si plus difficile. Ma santé et celle de ma famille confirment que nous avons fait le bon choix. Mes performances sportives ont atteint un niveau que jamais je n’aurais pensé qu’elles puissent atteindre à nouveau : je suis capable de pédaler aussi vite qu’avant ma spondylarthrite. Il faut dire que j’ai fait des changements conséquents dans mon crudivorisme. Lorsque j’ai recommencé à consommer des protéines animales et des matières grasses (mais toujours 100% naturelles, crues, bios, non altérées), j’ai retrouvé une force et une endurance incroyables. Par exemple, aujourd’hui je suis capable de me lever tôt, de prendre mon VTT et de pédaler 100 km avec 2500 m de dénivelé positif en 5 heures sur des routes en terre et chemins, sous un soleil fracassant, sans manger ni boire, et de faire ma première réfection depuis le dîner du jour précédent seulement à mon retour ! Je pense même reprendre la compétition lorsque j’en aurai le temps, car compétitif, je le suis redevenu !

michelnature3

Pour ceux qui désirent s’inspirer de ma transformation, je n’ai aucun régime concret à conseiller, car chacun doit trouver sa voie, mais voici la liste des courants et principes holistiques qui à mon avis sont essentiels pour atteindre une santé optimale :

– L’hygiénisme : la vraie et seule science de la santé.

– La réduction du stress mental et de l’anxiété : la société de l’information omniprésente, nos professions génèrent un stress permanent auquel il est possible de s’adapter, malheureusement au prix de sa santé.

– Le sommeil : la valeur du sommeil est inimaginable !

– L’activité physique incluant des efforts intenses (qui font transpirer et augmenter les pulsations cardiaques à 90% du maximum) : le corps est fait pour bouger. Le monde moderne nous incite à l’oublier. Le niveau de santé que l’on atteint en suivant ce principe est inespéré.

– Mériter ses repas : il est certainement possible d’avoir une santé excellente en ne mangeant que des hamburgers-frites, des glaces et des pizzas, si les calories sont vraiment nécessaires pour le corps (exemple : Michael Phelps). Mieux vaut sauter un repas lorsque l’on a pas faim, et l’apprendre à nos enfants.

– Le crudivorisme : ce fût ma porte d’entrée vers la guérison et mon changement de vie et jamais je ne l’ai quitté. Je lui attribue une grande partie de ma renaissance. »

The following two tabs change content below.

Carine Phung Van

Journaliste indépendante, Carine a découvert l’alimentation vivante il y a plusieurs années. Alors mère de son troisième enfant, elle expérimente une énergie qui la convainc d’adopter ce qui pour elle est devenu un art de vivre. Ses petits problèmes de santé s’envolent, puis finalement ses problèmes de thyroïde. Passionnée, Carine co-crée alors le magazine Le Chou Brave. Puis elle rejoint l’association La vie en Raw, pour aider à promouvoir l’alimentation vivante en région Rhône-Alpes. Elle réalise aussi des vidéos de recettes crues ou de témoignages à travers les chaînes YouTube La vie en Raw et Vital’Liens.

Derniers articles parCarine Phung Van (voir tous)

0 réponses

Répondre

Vous désirez rejoindre la conversation?
Nous vous invitons à y contribuer!

Laisser un commentaire

Centre de préférences de confidentialité