Blog - A la une

Ça n’aura échappé à personne, ou presque, nous sommes entrés dans la dernière ligne droite avant les fêtes de fin d’année.

Et s’il y a une période de l’année qui ne laisse pas indifférent c’est bien celle-ci. C’est simple, les fêtes de fin d’année, on aime ou on déteste !

Pourquoi ? Souvent, les fêtes de fin d’année viennent chercher en nous des souvenirs d’enfance, bons ou mauvais, qui conditionnent le rapport que nous entretenons avec cette période une fois devenus adultes.

Quel que soit notre rapport, à priori, avec les fêtes de fin d’année, difficile d’échapper à la frénésie ambiante et à la course un peu folle aux préparatifs de Noël.

Alors comment profiter des fêtes de fin d’année sans s’épuiser ?
Comment vivre cette période sans y laisser des plumes et sans aller à l’encontre de nos besoins profonds et nos besoins physiologiques ?

Tout d’abord il me semble important de rappeler que cette période est riche en symboles forts.

Dans les traditions païennes, on célèbre le retour de la lumière avec la fête de Yule qui a lieu le 21 décembre.
En Provence on fête la Sainte Barbe le 4 décembre qui symbolise l’abondance et la prospérité pour l’année à venir. Et bien sûr Noël qui véhicule les valeurs de partage, d’amour, de générosité, de famille…
Que l’on aime la période des fêtes de fin d’année ou pas, elle est propice, à travers ses symboles et valeurs, aux émotions positives bénéfiques pour la santé. Ne nous en privons pas !

Encore faut-il respecter, dans le même temps, nos besoins liés à notre humanité et nos besoins physiologiques.

Nous sommes dans une période où le corps a besoin de repos : il y a moins de luminosité naturelle, nous passons de températures très basses à des environnements surchauffés qui sollicitent énormément notre organisme dans sa capacité d’adaptation.

A défaut d’hiberner, l’important, pour passer ces fêtes de fin d’année au meilleur de notre forme, est encore de veiller à nous octroyer un repos suffisant.

De bonnes nuits de sommeil, rien de tel pour recharger nos batteries et nos glandes surrénales !

L’idéal étant de se coucher le plus tôt possible, vers 21 h ou 21 h 30 afin de respecter notre rythme chrono-biologique et de laisser le travail de détox du foie se faire.
En effet le foie effectue son travail de nettoyage à partir de 22 h et il est important d’être au repos à ce moment là.

Se reposer c’est également s’accorder des moments de pause dès que le besoin s’en fait sentir à n’importe quel moment de la journée. Parfois quelques minutes de respiration profonde et consciente en fermant les yeux par exemple, suffisent à nous rebooster pour le reste de la journée.

Un repas du soir allégé !

Se coucher tôt rime évidemment avec dîner léger et tôt. Ainsi notre organisme aura terminé de digérer au moment où nous nous mettrons au lit, ce qui est un gage de sommeil réparateur et régénérant.

Les algues seront également bénéfiques à tout point de vue. On en consomme plus volontiers l’été mais leur haute teneur en minéraux en font un aliment très intéressant l’hiver.

Si vous avez du mal à manger cru et froid à cette période (bien que manger cru ne signifie pas manger froid!), vous pouvez aller vers des plats chauds et réconfortants tels que les soupes, currys de légumes…

Ancrage énergétique

A cette période, plus que jamais, un bon ancrage est également très important pour se décharger des tensions et se remplir de l’énergie de la Terre.
On peut pratiquer l’ancrage énergétique grâce à des visualisations, en imaginant par exemple des racines partant de la plante de nos pieds qui nous ancrent profondément à la Terre.
On peut également symboliser et ressentir cet enracinement par le fait de manger en conscience des aliments vivants et vitalisants comme les fruits et légumes de saison, les noix, les graines.

Des lumières douces et tamisées

Si comme moi vous êtes sensibles à la lumière artificielle des grands magasins et à la foule, anticipez ce que vous avez à y faire autant que possible et évitez les achats de dernière minute.

Un truc simple et efficace: les to-do list. Ainsi pas de mauvaise surprise d’avoir oublié le cadeau pour tante Jeannette !

A cette période, l’organisme peut souffrir de stress lié aux lumières artificielles dont on abuse à partir du mois d’octobre, au moment où la luminosité diminue.
Pour éviter cela, privilégiez les lumières douces et tamisées.
Les bougies sont idéales pour créer un environnement « cocoon » et réconfortant et en plus c’est de saison !

Des plantes comme soutien de l’organisme

Pour augmenter les capacités d’adaptation de l’organisme aux différents stress auxquels il est soumis, qu’il soit émotionnel ou physiologique, vous pouvez vous aider des plantes médicinales telles que celles que l’on retrouve dans les mélanges Nervo 2 ou encore Adreno 1 ou 2.

Pour finir…

Mettez de la joie dans vos préparatifs. Cette période est et doit rester une fête! Donc pas de pression. On oublie les injonctions telles que “il faut”, “je dois” et on les remplace par “je choisis de”. Tout de suite on se sent mieux, n’est-ce pas?

S’offrir des moments rien qu’à soi, partager du temps de qualité avec les gens qu’on aime, retrouver son âme d’enfant, offrir son temps, de l’aide, un sourire, de la joie… Autant de clés magiques pour nourrir toutes les parts de notre être d’émotions positives et nous procurer une belle énergie pour terminer cette année et commencer la suivante.

Joyeuses fêtes à toutes et tous !

Nathalie

The following two tabs change content below.
Naturopathe spécialisée en transition alimentaire, accompagnante en développement personnel, rédactrice web et maman, Nathalie est de nature intuitive, joyeuse et passionnée. Elle partage, à travers ses accompagnements et ses formations, une vision holistique de la santé et du bien-être pour une vie remplie de lumière, de joie et de vitalité.
0 réponses

Répondre

Vous désirez rejoindre la conversation?
Nous vous invitons à y contribuer!

Laisser un commentaire